JOURNÉE INTERNATIONALE POUR L’ÉLIMINATION DE LA VIOLENCE A L’ÉGARD DES FEMMES EN 2019

Chaque 25 Novembre, l’ONU s’associe à de nombreuses organisations et associations du monde entier pour défendre les femmes. En effet, ils profitent de cette journée internationale pour accentuer les sensibilisations sur la violence contre les femmes. Pour l’édition 2019, CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous retrace l’essentiel à retenir.

 

L’origine de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Le 25 Novembre choisi comme journée internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes remonte à bien longtemps.

En fait, cette date correspond au jour du massacre à la machette des trois sœurs Mirabal en République Dominicaine. Elles s’appelaient Patria, Minerva et María Teresa. Victimes d’un meurtre sous le régime de Rafael Trujillo, ces trois femmes ont toujours lutté pour le droit des femmes.

Ainsi, leur mort survenu le 25 Novembre 1960 a permis de retenir cette date comme une journée spéciale. Et depuis le 17 décembre 1999, cette date marque la lutte internationale contre la violence à l’égard des femmes.

L’état des lieux concernant les violences à l’égard des femmes

Depuis très longtemps, les femmes ont click here souvent subi des cas de violence. Il s’agit essentiellement des actes impliquant à leur endroit des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques.

Par ailleurs, de nombreux chiffres révèlent que les violences à l’égard des femmes demeurent un véritable fléau mondial. A titre illustratif, on précisera que :

  • Le tiers des femmes du monde aurait déjà subi des violences ;
  • Plus de 200 millions de femmes ont subi des mutilations sexuelles ;
  • Les femmes représentent plus de 71% des victimes de la traite des êtres humains dans le monde.

Bref, malgré les efforts consentis dans la lutte, le fléau reste assez enraciné même en 2019.

 

Des dispositions pour améliorer la situation

Pour lutter contre les violences faites aux personnes de sexe féminin, les gouvernements mettent en place des mesures juridiques.

En plus, chaque 25 novembre, diverse organisations mobilisent du monde pour mener des activités censées réduire l’incidence du fléau. Ainsi, il y a :

Au final, on comprend qu’il faut beaucoup plus d’actions pour davantage limiter les violences faites à l’égard des femmes.