FINTECH AU KENYA : UN NOUVEAU CENTRE D’INNOVATION TECHNOLOGIQUE

La Britannique Standard Chartered Bank vient de lancer un centre d’innovation technologique qui dopera la Fintech au Kenya. Cela offre de belles opportunités à ce pays et profitera également à l’Afrique.

 

Un nouveau centre d’innovation technologique

Les entreprises de la Fintech au Kenya ont une excellente raison de se réjouir.

En effet, le lundi 8 avril, la Britannique Standard Chartered Bank a lancé au Kenya un pôle d’innovation technologique. Au passage, il faut préciser Standard Chartered est une prestigieuse banque britannique. Fondée en 1853, son siège social se trouve à Londres et elle est cotée sur l’indice FTSE 100 de la bourse de Londres. Aussi, elle figure parmi les 30 plus grosses capitalisations boursières britanniques.

Ainsi, ce hub technologique arrive pour stimuler l’innovation et développer de nouveaux modèles d’affaires pour les entreprises fintechs locales et extérieures. Et son impact ne se limitera pas au kenya mais touchera toute l’Afrique.

Enfin, selon M. Kariuki Ngari, la banque aurait mis de côté 10 milliards de shillings (100 millions de dollars américains) pour investir dans la technologie financière. Et à priori, par entreprise, l’investissement de la banque devrait se click here situerait dans la fourchette de 500 000 à 5 millions de dollars.

 

Une grandiose opportunité pour le Kenya

Avec ce nouveau pas technologique, le Kenya se démarque comme un acteur important dans l’évolution de la Fintech en Afrique.

Aussi, le directeur général de la Standard Chartered Bank Kenya, Kariuki Ngari a profité de ce lancement pour faire une déclaration. Il a annoncé que le Kenya abriterait le 4e laboratoire eXellerator des banques. Avant ce pays africain, des sites d’eXellerator ont été installés dans trois pays : Singapour, Hong Kong et Londres. Donc, le Kenya reste le premier marché d’Afrique et du Moyen-Orient à abriter le laboratoire eXellerator.

Et cela représente une brillante opportunité pour le pays. En fait, ce laboratoire constituera une plate-forme reliant le secteur de la fintech au Kenya et la banque. En plus, selon M. Ngari l’établissement de ce centre d’innovation au Kenya permettrait de développer de meilleurs produits et services. Sans nul doute, les bénéficiaires restent les clients, donc la population kenyane.

Au final, les startups les plus prometteuses et commercialement viables pourront bénéficier des investissements de la banque.