LA TECHNOLOGIE DE LA FINANCE ISLAMIQUE EN AFRIQUE

En Afrique, la communauté islamique ne reste pas en marge du développement. Et aujourd’hui, à l’ère du numérique, elle mise essentiellement sur la technologie. A cet effet, le tout premier sommet africain de technologie de la finance islamique se prépare.

 

Bientôt, un sommet africain de technologie de la finance islamique

En mars 2019, la ville de Tunis accueillera le tout 1er sommet africain de technologie de la finance islamique.

Aussi, prévu pour les 16-17 mars, cette première édition porte comme thème ‘’L’industrie financière islamique africaine à l’ère numérique’’.

Par ailleurs, l’organisation de ce 1ier Sommet des technologies financières islamiques se fera avec la collaboration de grandes institutions. Les principales sont :

Et Ahmed Kadhoum, directeur exécutif de l’Académie mondiale d’apprentissage et de conseils en finance islamique soutient totalement l’initiative. Selon lui, ce sommet sera une grande opportunité pour booster la transition numérique.

Bref, de toute évidence, ce sommet permettra de donner un coup de pouce à l’industrie de la finance islamique à l’échelle africaine.

 

Un atout pour le développement de l’Afrique

Ce 1er sommet africain de la technologie de la finance click here islamique aura certainement une grande portée économique. Et cela ne profitera pas seulement aux pays fortement musulmans mais à l’Afrique toute entière.

En effet, cet évènement constituera également le point de départ de trois entités qui feront du bien à l’Afrique.

Le premier se dénomme « i trade ». Il s’agit d’un nouveau produit basé sur la technologie blockchain et qui devrait améliorer la gestion des liquidités. En second lieu, il y aura le Fonds africain d’appui des jeunes pour concrétiser leurs idées de projets. Et troisièmement, on parlera d’une pépinière qui facilitera l’intégration des start-up dans le tissu économique africain.

Aussi, ce sommet rassemblera des représentants de firmes technologiques, d’institutions financières et de décideurs qui viendront de différents pays africains. Donc, ce sera l’occasion de conclure des accords de partenariats liant la BID, les firmes technologiques et des sociétés tunisiennes. En plus, des startups pourront y rencontrer des firmes et des fonds d’investissements qui pourraient éventuellement les accompagner.

Enfin, selon Amel Omrane, présidente de l’ATFI, l’Afrique aurait bénéficié du tiers des finances de la BID depuis sa création. C’est donc clair que ce 1ier sommet africain de technologie de la finance islamique contribuera au développement du continent noir.