UNE NOUVELLE VERSION DE LA « FRENCH TECH VISA » : PLUS D’ATTRAITS POUR LES TALENTS ÉTRANGERS

Comme bien de pays développés, la France offre un Visa pour des spécialistes tech étrangers depuis quelques années. Et cette année, le gouvernement français améliore le French Tech Visa. Aussi, l’objectif visé est de faciliter davantage l’accueil des talents numériques étrangers.

 

Un dispositif plus ouvert et attrayant

En juin 2017, le gouvernement français avait lancé le « French Tech Visa ». Il s’agit d’un dispositif mis en place pour faciliter le recrutement de salariés étrangers par des entreprises tech françaises. Aujourd’hui, ce dispositif a évolué.

En effet, en 2019, le gouvernement français ambitionne d’accroître l’attractivité des jeunes entreprises tech sur le territoire. Et, pour cela, la France a peaufiné son « French Tech Visa ». Cela doit permettre de réduire le temps nécessaire à l’attribution de ce visa.

Ainsi, les améliorations dudit dispositif faciliteront l’obtention d’un titre de séjour pour les salariés étrangers de l’univers technologique.

Aussi, il demeure évident que les conditions de rémunération restent attrayantes pour les employés concernés. A priori, il s’agit concrètement des spécialistes en informatique et en nouvelles technologies qui viennent de l’étranger.

Au final, c’est clair qu’en renforçant ce dispositif, la France entend encourager davantage l’arrivée des talents étrangers de la tech. Et cela ira certainement en faveur des entreprises tech françaises.

 

Les nouveaux critères liés click here à la French Tech Visa

A partir du 1er mars 2019, pour aspirer au French Tech Visa, les entreprises françaises doivent satisfaire certaines conditions. Et les critères connus depuis 2017 s’étendent davantage pour rendre cette requête accessible à plus d’entreprises française.

En fait, seules les entreprises reconnues « innovantes » par le ministère de l’Économie et des Finances peuvent y prétendre.

Aussi, il faut absolument que l’entreprise demandant un French Tech Visa remplisse au moins une des conditions suivantes :

  • Avoir bénéficié d’un soutien public à l’innovation il y’a moins de cinq ans ;
  • Etre bénéficiaire d’un accompagnement consacré aux entreprises innovantes à un moment donné des cinq dernières années (programme privé, incubateur, etc.) ;
  • Posséder un capital en partie détenu par une entité qui finance des entreprises de la tech à fort potentiel.

Par ailleurs, l’entreprise demandeuse doit également fournir deux preuves. La première justifiera que le salarié étranger bénéficiaire devra travailler sur un projet de recherche. La seconde portera sur la rémunération annuelle minimum. L’entreprise devra nécessairement pouvoir payer au moins 36509, 28 euros à l’employé.

Enfin, le nouveau « French Tech Visa » va sans doute booster les chances de développement technologique de la France. Et cela passera par l’augmentation du nombre de recrutement de profils techniques rares dans l’hexagone.