LE SENEGAL FORTEMENT ENGAGE CONTRE LA CYBERCRIMINALITE OUVRE UNE ECOLE SPECIALISEE

Depuis plusieurs années, bien de pays du monde entier y compris le Sénégal sont sujets à des cyberattaques. Le gouvernement sénégalais a toujours manifesté une ferme volonté de lutter efficacement contre la cybercriminalité. A présent, le pays renforce ses intentions en ouvrant une école de cybersécurité  ouverte à l’international. Et sans doute, cela fera grandir l’espoir de plus d’un état africain face à lacybercriminalité.

Une école de cybersécurité au Sénégal pour les africains

Le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Sidiki Kaba était à Dakar le 6 novembre dernier pour un évènement majeur.

En effet, en présence de son homologue français, le Ministre Sidiki Kaba aurait inauguré l’Ecole nationale de cybersécurité. Basée au Sénégal, cette école sera dédiée aux métiers et techniques de lutte contre la cybercriminalité. Et donc, elle formera et sensibilisera à la protection du secret et à la sécurité des systèmes d’information et de cybersécurité.

Effectivement, cette école formera les policiers et militaires ainsi que certains civils et jeunes travaillant en entreprise. Ces derniers pourront être initiés sur des options de formation comme :

– la lutte contre le piratage informatique ;

– la surveillance d’Internet et des réseaux sociaux ;

– la mise en place de cyberpatrouilleurs et de réseaux étatiques sécurisés.

Bref, pour se former contre le terrorisme, le piratage informatique et la criminalité numérique, le Sénégal restera une référence.

Un engagement continue contre la cybercriminalité

Le combat du Sénégal contre la cybersécurité ne date pas d’aujourd’hui. Avant d’ouvrir cette école, le pays comptait déjà à son actif plusieurs actions visant à freiner les crimes informatiques.

Donc, nous pouvons citer :

Un centre de formation panafricain, un espoir pour l’Afrique

Selon bon nombre d’experts, la cybercriminalité reste une menace grandissante qui pèse sur la stabilité des états africains. Et malgré les efforts de lutte engagés contre ce fléau, il semble persister. Aussi, le chef de la diplomatie sénégalaise souligne qu’aucun pays ne peut se prémunir à lui seul des cyberattaques. C’est dans cette optique qu’une formation s’impose à l’ensemble des acteurs de la sécurité en Afrique.

De ce fait, en ouvrant cette école de cybersécurité, le Sénégal ouvre une porte d’espoir à tous les pays africains. Un tel centre de formation permettra aux élites africaines de pallier leurs vulnérabilités informatiques. Pour sa part, Jean-Yves Le Drian reste convaincu du poids de cette école sur la sécurité numérique africaine. Il estime qu’elle permettra de renforcer les capacités des Etats africains à exercer leur souveraineté sur le cyberespace.

Par ailleurs, baptisée Ecole nationale de cybersécurité à vocation régionale (ENCVR), elle accueillera des étudiants nationaux (30%) et étrangers (70%).

Finalement, pour les dirigeants sénégalais, l’ENCVR n’est qu’un pas dans la marche vers la réalisation d’une vision. La vision poursuivi est qu’en 2022, le Sénégal sera un cyberespace de confiance, sécurisé et résilient pour tous.

Article publié par CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCES INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER