GIMAC : UNE AVANCÉE CONSIDÉRABLE POUR LA MONÉTIQUE EN AFRIQUE CENTRALE

Dans les pays de l’Afrique centrale, la monétique se développe et tend à offrir la possibilité d’expérimenter une nouvelle ère. Et pour ce faire, le GIMAC prépare une action plutôt favorable. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous donne quelques détails.

 

Gimac, une plateforme monétique intégrale…

A la date du 30 juin 2019, le Groupement Interbancaire monétique de l’Afrique Centrale a enregistré un record très motivant. Cette structure avait cumulé un volume des transactions financières traitées qui s’élevait à 120 milliards de FCFA.
Alors, les dirigeants ont décidé de lancer prochainement une nouvelle plateforme monétique intégrale propre à la Gimac. Pour confirmer cela, il suffit de parcourir l’interview de Valentin Mbozo’o paru dans le magazine ‘’Investors 4 Africa’’. Au passage, il faut noter que V. Mbozo’o est le PDG du Gimac.

A priori, la plateforme attendue devrait apporter de nouveaux services numériques. Déjà, les utilisateurs peuvent espérer des services de convergence mobiles, de transfert d’argent et click here de cartes.

 

Des atouts importants et des perspectives prometteuses…

Sur un plan pratique, la nouvelle plateforme à laquelle aspire cette structure offrira un gros avantage aux utilisateurs.

A priori, avec ladite plateforme, ils pourront effectuer des transactions de carte en mobile, de mobile à compte, de compte à carte et autres.

Par ailleurs, d’aucuns vont à parler de monétique intégrale. Et le PDG du Gimac partage cet avis. Selon lui, la future plateforme va promouvoir dûment l’interopérabilité. Et cela se justifiera par les éventuelles interactions Carte, Mobile et Transferts interopérables.

Aussi, le GIMAC aura toutes les raisons de se réjouir du lancement prochain de cette plateforme. Cette dernière permettra d’expérimenter une parfaite harmonie dans les opérations.

Enfin, il faut également noter que l’opérateur envisage d’étendre la carte Gimac à l’américain Visa, après l’arrimage avec Union Pay. Ainsi, au final, de nombreux ressortissants de l’espace communautaires vont pouvoir effectuer des transactions partout dans le monde entier.