FEMMES NOIRES : TOP 3 DES AFRICAINES ACTIVES POUR L’ÉPANOUISSEMENT FÉMININ ET LE DÉVELOPPEMENT DU NUMÉRIQUE EN AFRIQUE

Durant ce mois de la femme, il est de bon ton de célébrer les femmes africaines, les femmes noires. Et plus particulièrement, celles qui luttent pour les femmes et marquent particulièrement la vie numérique. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous livre un inventaire de 3 femmes d’Afrique qui s’illustre brillamment dans le numérique africain. Aussi, faut-il préciser que cette liste n’est pas exhaustive.

 

Candace Nkoth Bisseck (CAMEROUN)

Qualifiée « dame de fer du numérique africain », elle compte parmi les femmes noires les plus influentes du numérique.

En fait, cette camerounaise a d’abord étudier le droit au Cameroun avant de se rendre en France. En poursuivant ses études dans l’hexagone, elle a rencontré l’amour du numérique.

Aujourd’hui, elle cumule un lourd bagage d’expériences professionnel dans le domaine du numérique, en l’occurrence l’e-commerce.

Enfin, N°1 du top 30 des jeunes leaders africains selon le Magazine Forbes, Candace Nkoth Bisseck est co-fondatrice du réseau Black Roses Network.

 

Moussoukoro Diop (SENEGAL)

Quand on parlera des femmes noires passionnées du numérique en Afrique, on n’oubliera pas de la mentionner.

En effet, Ingénieur en informatique, Moussoukoro Diop reste un modèle parfait du militantisme féminin en faveur du click here numérique. Et cela se dessine dans ses actions au Sénégal et en Afrique.

Aussi, chargée de communication digitale de fonction, elle est Founder & CEO de l’agence digitale Africaine « Digital Mousso ».

Bref, Membre du réseau des blogueurs du Sénégal, elle lutte activement pour une meilleure implication des femmes dans les TICs.

 

Fatoumata BA (SENEGAL)

Pour de grands connaisseurs, Fatoumata BA reste une figure de la tech africaine.

Avant tout, elle a joué un rôle exceptionnellement important dans le développement de Jumia, le 1er site d’e-commerce africain.

Aussi, passionnée par l’entrepreneuriat et l’autonomisation des femmes, Fatoumata BA se bat aussi pour les femmes noires. Et dans ce sens, elle touche aux problèmes de santé et d’éducation en misant sur la technologie en Afrique.

Par ailleurs, cette entrepreneure TIC est fondatrice et CEO de Janngo. Il s’agit d’un « social start-up studio ». Il a pour but de développer des plateformes digitales clé en main afin d’améliorer l’accès au marché et la compétitivité des PME africaines.

Enfin, personne ne contestera que Fatoumata BA reste une technophile dans l’âme. Et, avec son talent, elle œuvre pour désenclaver l’Afrique grâce à la technologie.