FAKES NEWS : AFRICA CHECK AVEC GOOGLE POUR DOPER LE FACT-CHECKING EN AFRIQUE

En Afrique, les fakes news également appelées infoxs constituent une tendance que des organisations comme AFRICA CHECK tentent de freiner. Et les efforts de cette dernière vont sans doute s’amplifier. Lauréate d’un concours Google, elle va bénéficier d’une collaboration avec le géant afin de mieux lutte contre les fausses informations.

AFRICA CHECK, une icône de la lutte contre les fakes news

Fondé en 2012, Africa Check agit en tant qu’organisation à but non lucratif. Et, ses actions visent à assainir les informations diffusées en Afrique. Autrement dit, cette organisation œuvre pour l’amélioration de la qualité des informations mises à la disposition des populations africaines.

Ainsi, pour bien de connaisseurs, Africa Check travaille pour promouvoir l’exactitude des débats publics et des médias en Afrique.

Par ailleurs, depuis quelques temps, elle collabore avec Full Fact, un géant du fact-checking.

Bref, Africa Check vérifie la véracité des informations publiées par les médias africains.

 

Un financement de Google pour soutenir et renforcer la lutte contre les fakes news

Les champs d’action de Africa Check vont sans doute s’élargir davantage.

En click here effet, cette organisation compte parmi les quatre organisations lauréates du concours Google AI Impact Challenge de 2019.

Donc, elle va bénéficier d’un financement de Google afin de mieux lutter contre les infoxs dans les pays d’Afrique. Et cette collaboration avec Google va se faire dans le cadre d’un projet utilisant l’intelligence artificielle pour vérifier les informations.

Enfin, au terme dudit projet, cette organisation africaine devra jouir d’un système de vérification automatisée des informations. Et pour ce faire, il faudra nécessairement passer par la conception d’outils dédiés à cette tâche.

 

Des perspectives prometteuses

Pour l’Afrique, Africa Check reste une porte d’espoir pour freiner considérablement les infoxs.

Aussi, ce financement de Google renforce cette idée et permet d’espérer de grandes améliorations en matière de fact-checking.

En outre, dans cette démarche, l’organisation va également bénéficier d’une assistance d’experts internationaux en intelligence artificielle. Et cela va certainement booster son efficacité afin de garantir plus de confiance dans ce travail.

Finalement, avec Africa Check, les autorités politiques des pays africains pourront espérer mieux lutter dûment contre la désinformation.