ECO : UNE MONNAIE QUI SEMBLE DIVISER LES OPINIONS…

Depuis un long moment déjà, les Etats africains planchent sur une nouvelle monnaie baptisée Eco. Il s’agirait d’une monnaie qui viendrait à remplacer le FCFA. Seulement, au fil des jours, on se rend bien compte que cette ambition reste confrontée à de multiples difficultés. Découvrons-en quelques-unes avec la rédaction de CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS.

 

Eco, un projet monétaire en zone CEDEAO

Pour la CEDEAO, l’introduction de l’Eco apportera beaucoup à l’économie des 15 pays concernés.

A priori, ce projet devrait consister en l’établissement d’une devise monétaire unique qui remplacera le FCFA.

Et selon les acteurs dudit projet, la nouvelle monnaie Eco rentrera probablement en circulation en 2020.

Enfin, pour plus de précision, lors du récent sommet des Chefs d’État de la CEDEAO à Abuja au Nigéria, il a été établi que l’Eco circulera dès le 1er juillet 2020.

 

 

Quelques désaccords autour de l’Eco…

Le projet monétaire autour de l’Eco devrait impliquer tous les pays de l’Afrique de l’ouest. Seulement, il se peut que des initiatives de certains pays click here viennent à ralentir le processus.

En effet, certains pays comme le Ghana et le Nigéria conçoivent mal la vision de cette nouvelle monnaie. Ils estiment que pour leurs économies respectives, les principes économiques de cette monnaie ne représentent pas de gros avantages.

Ainsi, le Ghana fustige l’idée d’avoir à renouer d’une quelconque manière avec les politiques économiques du FMI. Et de son côté, le Nigéria occupe actuellement la première puissance économique du continent avec sa monnaie (le naira). S’il faut laisser cette monnaie pour adopter l’Eco, cette dernière doit offrir bien plus que de la stabilité monétaire.

Par ailleurs, certains chefs d’Etats africains émettraient aussi quelques réserves. On citera en exemple, le Président togolais qui a souhaité que la réflexion autour de cette monnaie soit approfondie.

Finalement, il convient de préciser qu’adopter l’Eco reviendra à rompre avec le FCFA et donc, avec la France colonialiste. Visiblement, ce projet va avoir du mal à susciter l’unanimité des opinions des chefs d’Etats africains.