DIGITAL AFRICAN TOUR AU BURKINA EN 2019

Le Digital African Tour a récemment eu lieu au Burkina Faso. Et pour les DSI et les autorités du pays, cela reste une occasion de mettre l’accent sur le numérique burkinabé. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous donne une vue panoramique de l’évènement.

 

A propos de l’initiative Digital African Tour (DAT)

Le Digital African Tour 2019 a déjà fait escale dans trois pays : Togo, Bénin et dernièrement le Burkina Faso. En fait, il s’agit d’un évènement itinérant réalisé dans plusieurs pays africains et portant essentiellement sur le numérique. En fait, il vise à constituer un réseau panafricain en fédérant les énergies des agences nationales et clubs de DSI.

Aussi, la 3e étape de cet évènement a donc eu lieu au Burkina Faso le mardi 30 avril dernier.

En outre, comme les précédentes, cette IVe édition du DAT vise à booster la transformation digitale de l’Afrique. Et cela contribuerait également à faire du numérique un accélérateur pour l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD).

Enfin, Digital African Tour aborde différents domaines comme la santé, l’éducation, l’agriculture et l’e-commerce. Et les prochains pays en liste sont Maroc, Sénégal, Côte d’Ivoire et Algérie.

 

 

Le Burkina Faso après le DAT

Au Burkina Faso, les activités du DAT 2019 ont porté sur des notions comme Big data, open data, blockchain et cybersécurité. Et le thème click here retenu pour l’occasion dit « Big data, open data et blockchain : ces innovations technologiques qui vont transformer le Burkina Faso.

A priori, cet évènement va favoriser l’essor du club des DSI (directeurs des systèmes d’information) du pays. Donc, le fait d’abriter un tel évènement va sûrement doper la promotion des bonnes pratiques en matière de système d’information.

Par ailleurs, les activités de ce DAT 2019 ont également permis d’aborder des sujets touchant aux jeunes. Ainsi, les participants ont échangé sur la formation de la jeunesse à la technologie du numérique.

Aussi, de belles déclarations ont enrichi la quintessence de l’évènement. Ainsi, on citera par exemple l’intervention du Directeur général des Technologies de l’Information et de la Communication concernant l’Open Data. Il affirmait : « La donnée, c’est le pétrole du 21è siècle. L’open data, c’est le socle de la transparence dans la gouvernance ».

Également présent, Idriss Tinto, président de l’association Open Burkina a fait une brillante déclaration. Selon lui, il faut promouvoir l’Open data et accéder aux données pour créer de la valeur.

Finalement, il y a des chances qu’après ce Digital African Tour, le Burkina faso s’activera davantage sur plusieurs fronts technologiques. Les burkinabés vont probablement tendre vers le développement du crowd-sourcing et du crowdDoing en espérant standardiser les données ouvertes.