CYBERCRIMINALITÉ EN AFRIQUE : CAS DU NIGERIA

La cybercriminalité en Afrique continue de faire des victimes parmi les utilisateurs d’outils informatiques. Aussi, le cas du Nigéria demeure l’un des plus en vue or l’Etat nigérian continue de fournir des efforts pour limiter cela. Et, CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS a fait des recherches pour vous. Découvrez !


Cybercriminalité en Afrique et frein du développement économique


Dans tous les pays où sévit la cybercriminalité, les entreprises et bien d’institutions en souffre.

De même, au Nigéria, l’économie national subit d’importants déficits causés par les bandits du cyberespace.   

Ainsi, les chiffres donnés par des cyber-analystes de Microsoft indiquent une perte annuelle estimée à plus de 204 milliards FCFA. Et malheureusement, parmi les victimes se trouvent des particuliers, des entreprises et même des institutions étatiques comme les ministères.

Par ailleurs, Akin Banuso, responsable de Microsoft Nigeria et Ghana, témoigne d’une multiplication considérable des cyberattaques sur le continent africain. Et selon lui, les gouvernements devraient mettent en place davantage de mesures pour limiter efficacement les cyber-risques.

Au final, on retiendra que l’économie africaine aura toujours du plomb dans l’aile tant que la cybercriminalité en Afrique s’intensifiera.  

Nigérians, click here acteurs africains de la cybercriminalité

Dans l’univers de la cybercriminalité en Afrique, certains jeunes africains ont une forte renommée. Aussi, dans ce lot, on retrouve des ivoiriens, des béninois et surtout des nigérians.

Et ces derniers de la liste ont tendance à se retrouver bien souvent sous les projecteurs. Autrement dit, dans bien de pays africains, les services de police décèlent des cas de cybercriminalité impliquant des nigérians.      

Ainsi, on citera par exemple l’arrestation pour escroquerie et cybercriminalité de 11 nigérians par la Police togolaise en Juin 2019.

En outre, plus de 80 Nigérians auraient également été arrêtés en Malaisie pour vices sociaux “pratiques occultes et cybercriminalité”.

Par ailleurs, on pourra également citer le cas des Parcelles Assainies au Sénégal. Une affaire de cybercriminalité qui a conduit à l’arrestation de 10 Nigérians et 1 Libérienne.

Tout compte fait, les cas d’implications de certains nigérians dans des affaires de cybercriminalité reste assez récurrents. Au regard de cela, d’aucuns pourraient soutenir que la cybercriminalité en Afrique tient de solides racines au Nigéria. Et vue sous certains angles, ils n’auront pas tout à fait tort.