25 MAI 2018 : JOURNEE MONDIALE DE L’AFRIQUE

Le continent noir sera encore à l’honneur le 25 Mai. C’est la Journée Mondiale de l’Afrique, la 55ième anniversaire de cette journée qui marque la volonté de jouir d’une réelle indépendance dans l’unité africaine.

 

Une commémoration historique

Célébrée à travers le continent africain, la journée de l’Afrique représente l’anniversaire de la signature des accords de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA). C’est surtout, une occasion spéciale prévue pour commémorer la création de cette organisation panafricaine en 1963 à Addis-Abeba (Éthiopie).

Il faut préciser que depuis 2002, l’Union Africaine (UA) a succédé à l’OUA. Pourtant, la célébration du 25 Mai demeure une tradition fortement enracinée dans certains pays africains.

Aussi, faut-il le rappeler, cette célébration panafricaine représente le symbole du combat de tout le continent africain pour la libération, l’émancipation, le développement et le progrès économique.

 

Une journée riche en évènements…

Comme lors des 25 Mai de ces dernières années, la célébration du 25 Mai 2018 sera agrémentée d’activités et de cérémonies diverses organisées dans les différents pays du continent.

Cependant, il faut noter que seuls quelques pays africains restent très mobilisés pour célébrer dûment le 25 Mai. Dans certains pays comme la Guinée Conakry, la Guinée Equatoriale, le Zimbabwe ou le Mali, la Journée Mondiale de l’Afrique est un jour férié.

En outre, pour célébrer cette Journée Mondiale par anticipation, l’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS) a animé une conférence sous le thème : « La gestion des ressources naturelles en Afrique : défis et opportunités ». L’évènement en question s’est déroulé le 11 mai 2018 au siège de l’Union Africaine à Tunis. Il a permis de regrouper non seulement des représentants des missions diplomatiques africaines mais aussi, des partenaires techniques et financiers de la région.

Pour sa part, en 2018, la Tunisie ​confirme​ sa volonté d’œuvrer activement au raffermissement des liens de solidarité et de coopération avec les autres pays africains. Pour ce faire, les organisations internationales africaines et les missions diplomatiques accréditées en Tunisie vont célébrer l’anniversaire de l’Afrique en organisant diverses activités socio-culturelles. Dans la même optique, une cérémonie officielle de la journée internationale de l’Afrique aura lieu le vendredi 25 mai 2018 à 20 h à l’Hôtel Mouradi-Gammarth (Salle Tulip).
D’autres évènements sont :

  • L’Association des Etudiants et Stagiaires Africains en Tunisie (AESAT) Section Sfax et zone Sud ainsi que l’association Afrique Intelligence organisent le 26 mai 2018 au centre des Arts Dramatiques et Scéniques de Sfax, avec de jeunes africains, une réflexion autour du thème: « L’Afrique, L’Avenir du monde ».
  • La semaine Africaine 2018 se déroulera à Paris (France) du 22 au 25 mai 2018. Ce sera une occasion de célébrer la richesse et la diversité du continent sur le thème « Patrimoine immatériel africain ».

 

Un triple objectif à atteindre 

La journée du 25 Mai ne se résume pas à un large panel d’activités ou d’évènements organisés à travers le continent. En effet, cette date permet également de rappeler les objectifs à atteindre pour le bonheur du berceau de l’humanité.

Il s’agit de :

  • Rapprocher les peuples africains en renforçant l’unité, la coopération et la solidarité des États ;
  • Raffermir la foi des peuples noires en l’intégration africaine ;
  • Populariser l’idéal d’union de l’Afrique pour aller vers une complémentarité africaine.

 

En marche vers le rêve d’une Afrique meilleure

Déjà en 1963, le Négus Haïlé Sélassié rêvait d’une Afrique unie avec des africains réellement libres et jouissant de l’extraordinaire quantité de ressources dont regorge ce continent.

Malheureusement, notre Afrique a battu de tristes records au cours de plusieurs décennies qui ont suivi l’année 1963. Aujourd’hui, l’Afrique aspire davantage à l’instauration de régimes réellement démocratiques ainsi qu’à une meilleure qualité de la gouvernance.

En célébrant cette journée, les pays africains qui s’investissent témoignent leur intention d’agir ensemble pour consolider les fondements de paix et de sécurité régionale afin de mieux répondre aux aspirations des peuples africains en ce qui concerne le progrès, la prospérité et le développement intégral.

Enfin, chaque 25 Mai, anniversaire de l’Afrique devra être l’occasion de souhaiter nos meilleurs vœux à cette Afrique en profonde mutation et que nous voulons meilleure.

Article publié par CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCES INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER

FIBRE OPTIQUE EN AFRIQUE : EN 2018, OU EN EST-ON ?

Les Etats africains ont longtemps rêvé de l’internet très haut débit. Ces dernières années de nombreux pays font des efforts dans ce sens afin de booster le développement technologique local.

Au Maroc, il y a quelques jours, la première usine de fibre optique en Afrique a été installée à Tanger. Située précisément à Tanger Automotive City, cette usine qui se veut panafricaine couvre une superficie de 31 000 met a été inaugurée le 9 mai 2018. Pour les populations africaines, voici une infrastructure qui permettra de satisfaire efficacement les demandes croissantes en câbles à base de fibre optique à travers toute l’Afrique.

Au Togo, en juin 2017, le gouvernement togolais a accordé la première licence d’exploitation FAI de très haut débit au groupe Vivendi Africa. Le groupe a alors prévu lancer la fibre optique à domicile avant fin mars 2018. Aussi, le groupe Togocom a annoncé que ses réseaux fixes et mobiles sont désormais aptes à fournir du haut débit aux utilisateurs de l’Internet mobile, en l’occurrence la 3G, en s’appuyant sur la fibre optique.

C’est également en 2018 que le Gabon et le Congo ont établi leur interconnexion à un réseau internet très haut débit via un câble à fibre optique posé depuis Libreville jusqu’à la ville congolaise de Pointe-Noire.

Au Cameroun, pour le moment, le réseau large bande internet est assez instable. Depuis 2016, le pays fournit de plus en plus d’effort pour disposer de câbles sous-marins pour jouir aisément de l’internet via la fibre o. Le 22 Mai 2018, la ministre des Postes et Télécommunications du Cameroun, Minette Libom li Likeng, a procédé à la pose du premier mètre du câble sous-marin de fibre optique. Le déploiement entamé se poursuivra donc de Kribi (Cameroun) à Fortaleza (Brésil).

En côte d’ivoire, Le groupe nigérian MainOne a annoncé le 25 avril 2018 avoir obtenu du gouvernement ivoirien une licence C1B grâce à laquelle il pourra déployer son câble sous-marin à fibre optique au pays de Didier DROGBA.

De son côté, le 30 janvier 2018, Algérie Telecom a annoncé le lancement de la fibre optique à domicile (FTTH). C’est clair qu’en 2018, les algériens vont accéder à des capacités Internet de très haut débit directement dans leur foyer.

Au Nigéria, en avril 2018, Glo s’est mise en collaboration avec Huawei en vue de construire le câble sous-marin de fibre optique Glo-2. Les premiers dirigeants de Glo espèrent que cela garantira plus de disponibilité et de fiabilité du réseau à travers le Nigeria. Par ailleurs, il faut noter que Le groupe télécoms nigérian Globacom Limited, n’est pas à ses débuts en matière de fibre optique. En effet, depuis   2011, le Nigéria jouit de Glo-1, une infrastructure très haut débit, déployée entre le Nigeria et le Royaume-Uni, avec des points de présence au Ghana, en Mauritanie, au Sénégal, au Maroc, au Portugal et en Espagne.

Au Sénégal, l’émergence numérique est un sujet d’actualité et une réalité que vit la population. Déjà en Novembre 2017, SONATEL, la société nationale des télécommunications a lancé son service de fibre optique à domicile.

Il demeure évident que l’année 2018 semble une année charnière dans le développement de l’économie numérique en Afrique, surtout en ce qui concerne la fibre optique. De nombreux pays se lancent activement dans la mouvance de la fibre optique et de l’internet très haut débit. On espère donc, que le déploiement de la fibre optique dans nos pays africains nous fera oublier les expériences décevantes de l’internet que nous avons connu jusqu’à présent.

Article publié par CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCES INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER

LE RAMADAN 2018 : LANCEMENT DU TOP DEPART

Les pratiquants de la religion musulmane entrent dans le cycle de 29 ou 30 jours de jeûne musulman à partir du Jeudi 17 Mai 2018. L’Union musulmane du Togo (UMT) a annoncé le début officiel du mois de Ramadan 2018. C’est le début d’un mois sacré pour l’Islam.

  • Un mois où tout n’est plus pareil…

Durant le mois de ramadan, les musulmans changent d’habitudes. A priori, ils sont soumis non seulement au jeûne mais aussi à cinq prières qu’ils sont tenus d’exécuter à des heures bien précises. Seulement, les horaires de prière peuvent changer en fonction du lever et du coucher du soleil…

Au cours de ce mois de jeûne, tous les musulmans pubères vont changer d’habitude et casseront le jeûne quand arrivera le moment de l’iftar (rupture du jeûne). Toutefois, seuls les voyageurs, les malades, les personnes âgées, les femmes enceintes ou celles qui viennent d’accoucher jouissent d’une dispense. En outre, les personnes empêchées ou dispensées peuvent envisager des compensations à l’instar d’un jeûne effectué ultérieurement ou d’un don aux nécessiteux.

Durant de mois de piété, de charité et de frugalité, les croyants musulmans vont devoir vivre dans l’abstinence.  En plus de se priver de manger, ils s’abstiendront de boire, de fumer et d’avoir des relations sexuelles du lever au coucher du soleil. Enfin, le mois de ramadan invite le musulman à faire l’aumône et le pèlerinage à La Mecque.

  • Un soutien aux musulmans

Le mois sacré du Ramadan n’est jamais facile pour un musulman. Confronté à la séduction des plaisirs terrestres, il est appelé à fournir un effort spirituel pour bien passer son moment de jeûne.

En général, l’heure de la rupture quotidienne du jeûne s’accompagne d’une ambiance festive avec des repas garnis et des fruits divers.

Entre musulmans, il est possible de se soutenir en partageant d’intenses moments de communion fraternelle autour des repas et en réalisant des actions sociales à l’endroit des musulmans défavorisés et incapables de rompre dûment le jeûne dans de bonnes conditions. Aussi, pour ceux qui ont les moyens, il est possible d’offrir des supports audios ou vidéos, des livres ou des jeux de sociétés directement liés au ramadan. Ce genre de cadeaux favorisera une importante édification spirituelle du jeune musulman.

Pour les amis chrétiens, voici une occasion de témoigner leur soutien aux frères musulmans en leur offrant des paniers de fruits.

Pour sa part, C.A.F.E INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS et tout son personnel souhaite un très bon mois de ramadan à tous les musulmans du Togo et du monde.

Article publié par CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCES INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER

 

DECRYPTAGE DE LA 4G EN AFRIQUE ET AU TOGO

Les évolutions technologiques dans le domaine des télécommunications ont permis de passer de la 3G à la 4G, quatrième génération des standards pour la téléphonie mobile correspondant au LTE-Advanced. En quoi la 4G peut-elle s’avérer un atout considérable ? Découvrons ensemble.

 

  • De la 3G vers la 4G

Dans la téléphonie mobile, pendant plusieurs années, la 3G offrait un accès à internet conséquent. Toutefois, il faut reconnaitre que la 3G présentait des limitations en termes de débit et cela affectait la fluidité de l’accès à certaines vidéos.

Plus avancée que la 3G, la 4G apporte du très haut débit avec plus de mobilité sur tout support, une très bonne qualité de navigation et une confortante fluidité.  Aussi, la 4G permet de gérer aisément la transmission des datas et ainsi que les vidéos en HD. Pour plus de précisions, notons que la 4G assure des transmissions de données à des débits théoriques supérieurs à 100 Mbit/s, voire supérieurs à 1 Gbit/s.

Par ailleurs, les utilisateurs de smartphones 3G sont obligés de s’en séparer pour jouir de la 4G.  En effet, un smartphone 3G manque de certains composants électroniques et du logiciel adéquat pour accéder au réseau 4G.

Enfin, un avantage considérable d’un équipement 4G est de permettre l’accès à la 4G, la 3G et la 2G.

 

  • La 4G en Afrique

Depuis quelques années, les opérateurs de téléphonie mobile en Afrique nourrissent fortement l’ambition de proposer du très haut débit à leurs abonnés mobiles. En plus de favoriser plus de facilité dans l’utilisation d’internet, la 4G devrait permettre d’accélérer le développement numérique des pays africains qui l’adoptent.

Même si les Etats africains reconnaissent que la 4G permet d’assurer la disponibilité d’Internet à haut débit, aide à faire de l’internet un bien de grande consommation et permet d’avoir accès à l’information, l’éducation, la culture, le divertissement… ils ne sont pas assez mobilisés en termes de volonté, ni financièrement stables pour investir.

En avril 2017, des enquêtes de Balancing Act révèlent que 94 opérateurs mobiles ont lancé des services 4G-LTE dans 42 pays africains et à la Réunion.

Toutefois, certains pays africains font déjà le pas vers la 4G. A titre illustratif, on peut citer :

Le Niger avec l’opérateur Celtel Niger ; la RD Congo avec Orange ;

Enfin, même si certains pays africains se démarquent en offrant déjà la 4G à une frange de leur population, il faut avouer que l’adoption de la 4G par les citoyens et entreprises d’Afrique demeure encore à l’état embryonnaire.

 

 

  • La 4G au Togo

Au pays d’Adébayor Sheyi, le déploiement théorique de la 4G date d’Août 2016. La décision d’accorder des licences 4G à Togocel et Moov a été prise en conseil des ministres du 24 Août 2016. Pourquoi l’utilisation de la 4G n’a pas été effective ? Reste à savoir.

Seulement, il faut noter qu’un récent conseil des ministres datant du mardi 8 mai 2018 révèle que des licences sont accordées à Togocel et Moov concernent la 2G, la 3G et l’introduction de la 4G. Lesdites licences seront valables jusqu’en 2032.

Avec l’obtention de cette licence 4G, les abonnés de ces deux opérateurs de téléphonie mobile peuvent espérer une accélération de la baisse des prix, une nette amélioration de la qualité de service et une meilleure disponibilité de l’internet haut débit sur le plan national.

Selon les autorités compétentes, ce décret vise la mobilisation des ressources financières nécessaires pour réaliser l’objectif de couverture 4G d’au moins 40% de la population à l’horizon 2022.

A ce jour, les abonnés Togocel et Moov ont uniquement accès à la 3G mais nous espérons tous la 4G avec sa connexion à très haut débit. Il faut reconnaitre que le déploiement effectif de la 4G nécessite de lourds investissements et le Togo n’est pas un pays sans soucis financiers. Alors, on croise les doigts.

Article publié par CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCES INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER

17 MAI 2018 : JOURNEE MONDIALE DES TELECOMMUNICATIONS ET DE LA SOCIETE DE L’INFORMATION

Le 17 Mai 2018, l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), les États Membres et les Membres des Secteurs relatif à la communication célèbrent la Journée Mondiale des télécommunications et de la société de l’information, une occasion de valoriser le développement des technologies de l’information et de la communication.

 

  • Les bases de cette célébration

Depuis 1969, chaque 17 mai, les acteurs des différents secteurs afférentes à la communication célébraient la Journée mondiale des télécommunications. Cette célébration permettait de marquer la création de l’UIT et la signature de la première Convention télégraphique internationale en 1865.

Par ailleurs, les échanges du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) en novembre 2005 et l’Assemblée générale des Nations Unies tenue en mars 2006 ont permis de retenir la date du 17 Mai comme Journée mondiale de la société de l’information.

Quelques mois plus tard, lors de la Conférence de plénipotentiaires de l’UIT (novembre 2006, à Antalya en Turquie), il a été décidé que le 17 mai serait désormais une occasion de célébrer à la fois les télécommunications et la société de l’information.

 

  • Célébration 2018 : l’intelligence artificielle à l’honneur…

Cette année, le thème retenu pour la Journée Mondiale des Télécommunications 2018 est : « Vers une utilisation positive de l’intelligence artificielle pour tous ».

Ce sera une occasion de mettre l’accent sur le potentiel de l’intelligence artificielle en vue d’accélérer la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) des Nati​ons Unies.

En effet, il demeure évident qu’au fil de ces dernières années, l’intelligence artificielle a connu des progrès considérables dont les applications visent à faciliter la vie quotidienne des individus.

Pour l’UIT, ses membres et tous les partenaires de la société, la célébration de cette année devra permettre de mieux tirer parti des potentialités scientifiques et technologiques qu’offre l’intelligence artificielle.

 

  • Journée Mondiale des télécommunications 2018 au Togo

Le Togo ne restera pas en marge de cette célébration. Des dispositions ont été prises par l’association ISOC TOGO (Chapitre togolais de l’internet society) pour marquer l’évènement.

Ainsi, ISOC TOGO organise à son siège sis derrière le site de la Foire Togo 2000, von en face de la pharmacie Klokpé, une activité étalée sur toute la matinée du Jeudi 17 Mai. Le programme sera composé d’une allocution des partenaires, de deux panels, de deux Show Case et d’un cocktail.

Les deux panels porteront respectivement comme thème « Dans quelles mesures peut-on dire qu’une création est basée sur l’intelligence artificielle ? » et « Comment démocratiser l’intelligence artificielle au Togo ? ».

D’autres précisions sont disponibles à l’adresse suivante : https://www.internetsociety.tg/programme-de-la-celebration-de-la-journee-mondiale-des-telecommunications-et-de-la-societe-de-linformation/

 

  • Les ambitions de l’UIT et les objectifs de la célébration du 17 Mai 2018

Pour l’Union Internationale des télécommunications, mettre les avantages des technologies de l’information et de la communication (TIC) à la portée de toute l’humanité reste un défi majeur à relever de mieux en mieux au fil des années.

Aussi, la célébration de la journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information de cette année vise plusieurs points comme :

-La sensibilisation aux perspectives créées par l’utilisation des technologies de l’intelligence artificielle ;

-La valorisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans les domaines économique et social ;

-L’incitation des Etats à s’engager davantage pour la mise en œuvre des moyens permettant de réduire la fracture numérique.

Il faut retenir que l’édition 2018 de la Journée Mondiale des télécommunications et de la société de l’information laisse espérer que les dirigeants des pays membres de l’Union se mobiliseront mieux autour des avancées de l’intelligence artificielle. Pour l’UIT, l’objectif clé sera de réussir à transformer la volonté politique des autorités étatiques de chaque pays en un fort engagement afin d’accélérer la réalisation des Objectifs de développement durable à l’horizon 2030.

Article publié par CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCES INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER

 

 

Sénégal : Le taux de pénétration d’Internet atteint désormais les 62%

Au Sénégal, la pénétration d’Internet se situe à 62,9%. Autrement dit, sur les 15,7 millions d’habitants que compte le pays, plus de 9,6 millions sont des utilisateurs d’Internet. D’après Abdou Karim Sall, le directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (Artp) qui s’exprimait le 7 mai 2018 à l’occasion du 5ème Sommet Africain de l’Internet qui s’est tenu à Dakar du 29 avril au 11 mai 2018, le mobile reste le moyen de connexion le plus répandu, avec environ 88,6% d’internautes qui y ont recours.

Cette pénétration de l’Internet qui est de 62,9% représente tout de même une progression de l’ordre de 2,7% par rapport à l’année 2017. Une performance saluée par le premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne, et qui s’explique par le fait que le gouvernement sénégalais « considère le numérique comme un catalyseur de croissance». Il ajoute par le biais de l’Agence APA que « dans notre pays, les TIC contribuent de 2% au Pib. Mais avec la Stratégie Sénégal Numérique 2016-2025, nous voulons porter cette part du numérique dans le Pib à 10% ».

D’après le premier ministre sénégalais cité par l’agence Apa, l’objectif du gouvernement dont il a la tête est de parvenir à une « inclusion numérique et à une digitalisation de l’économie ». Un objectif, qui, selon lui ne pourra pas être atteint si l’accès à Internet n’est pas vulgarisé, notamment auprès des couches les plus démunies. Aussi, le premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne invite les trois Fournisseurs d’Accès à l’Internet qui ont récemment reçu leur licence, de s’inscrire dans une dynamique de baisse des coûts d’accès à l’Internet.

Article de TIC MAG publié par CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCES INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER

Internet Society et l’Union Africaine préparent un référentiel sur la protection des données personnelles en Afrique

En marge des échanges qui se sont tenus du 29 Avril au 11 Mai 2018, à Dakar, au Sénégal, dans le cadre du Sommet africain de l’internet, l’Internet Society (ISOC)  a  annoncé la préparation d’un référentiel sur la protection des données personnelles en Afrique, en collaboration avec la commission de l’Union africaine. La révélation a été faite  au cours d’une conférence de presse organisée le 08 mai 2018.

Selon Dawit Bekele, le directeur du bureau régional pour l’Afrique d’Internet Society (https://www.internetsociety.org/fr/) le référentiel en question « essaie de donner des lignes directrices pour la protection des données personnelles et d’amener les pays africains à faire le premier pas pour adopter et appliquer la convention de l’Union africaine sur la cybersécurité et la protection des données personnelles ».

Pour Robin Wilton, le directeur de la protection de l’identité et de la vie privée à Internet Society, il s’agira de « travailler en synergie pour mettre en application la convention de Malabo dont l’objectif principal est de répondre au besoin apparent d’une législation harmonisée en Afrique sur la cybersécurité et la protection des données personnelles ».

Sur le continent, le nombre de pays qui se sont déjà dotés d’une réglementation relative à la protection des données à caractère personnel est encore très faible. Le Sénégal qui a déjà installé une commission de protection des données personnelles est présenté comme un exemple par l’ISOC. C’est « une preuve de son engagement à faire face aux défis émergents liés à la technologie », a souligné Robin Wilton.

Article de AGENCE ECOFIN publié par CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCES INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER

La Ministre des Postes et de l’Economie Numérique, Mme Cina LAWSON pour conduire Moov et Togo cellulaire vers la 4G

Dans l’optique de booster le développement du secteur des télécommunications et de fournir aux populations des services mobiles très haut débit, le gouvernement a décidé d’étendre la durée et le périmètre des licences GSM de deux réseaux de téléphonie mobile et d’offrir aux togolais l’espoir de jouir d’une licence 4G.

 

 

Moov et Togocel, bientôt plus heureux que jamais…

Depuis 1998, Togo Cellulaire et Moov sont les deux opérateurs économiques de la téléphonie mobile qui s’investissent pour servir la population togolaise. Après leurs efforts pour proposer la 3G, voici pour eux l’occasion de passer à la 4G.

En effet, la ministre des Postes et de l’Économie numérique, Mme Cina Lawson, a obtenu le droit d’attribuer les licences 4G à ces deux opérateurs. Une autre bonne nouvelle pour ces deux grands acteurs de la téléphonie au Togo est que Mme Cina Lawson vient de recevoir l’aval du gouvernement pour la signature des arrêtés relatifs à l’extension de la durée et du périmètre des licences GSM (2G et 3G) jusqu’en 2032. En fait, lors du conseil des ministres du mardi 8 mai 2018, le gouvernement a prolongé de 14 ans la durée des licences des opérateurs de téléphonie mobile Togo cellulaire et Moov.

 

Un avenir prometteur pour la population

Togocel et Moov peuvent se réjouir d’avoir de beaux jours devant eux. Cependant, celle qui sera la plus heureuse de passer à la 4G serait la population togolaise. En effet, cette décision du gouvernement a pour but principal d’offrir au togolais, un accès aux services 4G.

Bref, la mise en œuvre de cette disposition permettra de bénéficier d’un service de téléphonie mobile de bonne qualité à moindre coût et d’une fluidité de navigation internet. Seulement, il va falloir être patient car la déclaration de politique du secteur du numérique laisse espérer une couverture 4G pour au moins 40% de la population à l’horizon 2022. Est-ce que l’objectif sera atteint ? Seul le temps nous le dira.

Article publié par CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCES INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER

 

 

Microsoft ouvre son tout premier centre africain de tests logiciels et d’assurance qualité à Nairobi-KENYA

Microsoft, en partenariat avec la société Techno Brain Limited, a ouvert le tout premier Centre africain de tests logiciels et d’assurance qualité au Kenya. L’infrastructure externalisée de la société américaine, quatrième du genre au monde après celles de l’Inde, de la Chine et de la Pologne, est basée à Nairobi. Elle a officiellement été inaugurée le 2 mai 2018. Elle permettra à Microsoft de s’assurer localement  de la qualité de ses nouveaux produits et autres applications avant de les rendre disponibles aux marchés africains.

Le centre qui a été bâti par une équipe d’ingénieurs de Windows Development Group (WDG) venue des Etat-Unis, en collaboration avec des ingénieurs kényans de Techno Brain Limited, devrait contribuer à la création de 1 000 emplois d’ici une année. Au-delà de cette création d’emplois, le vice-président kényan, William Ruto, a souligné que le choix du pays pour abriter cette structure, traduit une reconnaissance internationale des compétences kényanes en matière de technologies de l’information et de la communication.

Bambo Sofola, le directeur du génie logiciel chez Microsoft, a déclaré que ce « centre de test contribuera à faire du Kenya, un hub régional de premier plan en matière de technologies émergentes et d’innovation (…) le Kenya est présenté comme l’ultime futur centre technologique de l’Afrique. Microsoft est là pour soutenir et permettre au Kenya d’exceller et d’atteindre cet objectif ». D’après lui, le centre de tests logiciels et d’assurance qualité, intègre un aspect de la formation et partage de connaissances avec les Kényans.

Article de AGENCE ECOFIN publié par CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCES INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER

La TNT en Afrique : Etat des lieux en 2018

Pour booster la digitalisation sous diverses formes, les dirigeants africains se sont engagés à observer bien de changements parmi lesquels figure l’adoption de la Télévision Numérique Terrestre (TNT). Seulement, entre la théorie et la pratique, le fossé est assez grand, les états africains tardent à tenir leur promesse.

 

  • Décryptage général des niveaux de couverture

Depuis plusieurs années, les états africains avaient décidé de basculer vers la télévision numérique terrestre (TNT). A ce jour, de nombreux pays restent encore non couverts. Selon l’Agence Ecofin, une agence africaine d’informations, sur les 54 pays africains, seulement neuf (9) couvrent plus de 80 % de leurs territoires en télévision numérique. Il s’agit de la Namibie, la Zambie, le Malawi, le Swaziland, la République de Maurice, la Tanzanie, le Kenya, le Rwanda et l’Ouganda. Parmi ceux qui fournissent des efforts louables pour effectivement basculer vers la TNT, on peut également citer le Mozambique, l’Afrique du Sud et le Nigéria.

Les deux derniers devraient achever leur transition numérique en 2019.

 

  • Regard sur le cas de certains pays

Si certains états africains s’activent pour jouir pleinement de la TNT sur l’étendue de leur territoire, il demeure évident qu’en Afrique occidentale et centrale, les pays sont encore à la traine. Découvrons ensemble quelques cas :

  • Au Togo

Pour le Togo, le déploiement de la TNT qui a été annoncé durant l’année 2012 est toujours en cours. D’après la déclaration de politique du secteur de l’économie numérique pour la période 2018 à 2022, la migration vers la télévision numérique pourrait être effective sur toute l’étendue du territoire dès fin 2019.

Pour les togolais l’objectif poursuivi par le ministère de tutelle est : « l’accès à la qualité et aux services numériques pour la télévision, tout en réduisant le coût de sa diffusion ».

  • Au Burkina Faso

Au pays de Thomas Sankara, la TNT est opérationnelle. Le Burkina Faso est le premier pays d’Afrique occidentale à basculer vers la technologie numérique. C’était en Décembre 2017. Avec cette technologie, les services de télévision du Burkina peuvent désormais diffuser plusieurs chaînes sur une seule fréquence.

  • Au Sénégal

Par ailleurs, au Sénégal, le 17 juin 2015, le Sénégal amorçait le déploiement de la télévision numérique terrestre (TNT). En fin 2017, le déploiement de l’infrastructure technique pour la migration était quasi finalisé. Donc, il y a des raisons d’espérer que la TNT s’étendra à tout le Sénégal en 2018.

  • En côte d’ivoire

De son côté, la Côte d’ivoire va devoir attendre au plus tard, jusqu’en 2020 pour être de plein pied dans la mouvance TNT.  Le 24 mai 2017, un communiqué du Conseil des ministres lu par le ministre ivoirien de la Communication, de l’Economie numérique et de la Poste, Bruno Koné stipulait l’engagement du gouvernement à prendre en charge la réalisation et le financement de ce projet pour assurer l’effectivité de la TNT dans le pays. Il faut également rappeler que les acteurs audiovisuels attendent encore la libéralisation du secteur.

  • Au Bénin

A propos de la migration de l’analogique vers le numérique, un point avait été fait le jeudi 20 juillet 2017 au cabinet du ministre de l’économie numérique et de la communication, Rafiatou Monrou. Elle avait rassuré les promoteurs de chaînes de télévision présents en affirmant que la TNT faisait partie des projets phares du gouvernement du “Nouveau départ” et que des diligences étaient faites pour que le projet avance. A sa suite, l’actuelle ministre de l’économie numérique et de la communication, Aurélie Adam Soulé Zoumarou a annoncé en Janvier 2018 que le gouvernement s’efforce à mettre en œuvre cette nouvelle technologie le plus rapidement possible. On peut donc dire que pour l’instant, dans l’affaire de migration vers la TNT, les béninois vont de promesse en promesse.

  • Congo brazzaville

Depuis fin 2017, il était prévu que dès le premier trimestre 2018, les premiers déploiements de la télévision numérique terrestre allaient être lancés dans les cinq villes pilotes, à savoir Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Ouesso et Oyo.  Selon Thierry Moungalla, ministre congolais de la Communication et des médias, l’étape suivante consistera à brancher les trente-trois autres localités choisies par le projet. Espérons que la migration sera effective avant fin 2018.

 

  • Les freins à la couverture de la TNT en Afrique

Selon l’accord passé avec l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) le 16 juin 2006, certains pays africains avaient promis rendre la télévision numérique terrestre opérationnelle au niveau national avant le 17 Juin 2015. Pour d’autres pays, l’engagement étaient pris pour l’année 2020. On attend toujours.

Seulement, lorsqu’on pense aux freins de la TNT en Afrique, d’aucuns estiment que cette sorte d’inaction ou de nonchalance des états s’explique par :

  • Le manque de volonté politique des autorités nationales
  • Des problèmes financiers
  • Des difficultés d’ordre technique et administratif

Malgré les freins à cette transition, il vaut mieux rester optimiste en s’activant pour 2020 car selon certains analystes, le retard des lancements de la TNT représenterait des milliards de perte pour l’Afrique. Aussi, sachant que la TNT permet de libérer le spectre des fréquences pour favoriser le haut débit, c’est clair que le basculement vers la TNT boosterait remarquablement la qualité des services télécoms, et ce, pour le plus grand bonheur des populations africaines.

Article publié par CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCES INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER