Le jeûne du ramadan

LE JEÛNE DU RAMADAN ET LES TIC : BON ET MAUVAIS MÉNAGE

Pour bon nombre de musulman, le jeûne du Ramadan reste sacré. Un véritable moment de repli sur soi et une condition qui ne s’apparente pas vraiment à l’utilisation des TIC. On se demande alors si le ramadan et les TIC pourraient faire bon ménage. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS a mené l’analyse pour vous.

 

Le jeûne du ramadan et les TIC, un jumelage difficile

Depuis le matin du 6 mai dernier, les croyants musulmans font le jeûne du ramadan. Pour tout le monde, cela s’assimile à une période de privation de nourriture et d’eau mais aussi de plaisirs charnels.

Et nul n’ignore que les TIC restent de parfaits canaux de diffusions de plaisirs charnels. Cela se justifie simplement en songeant aux images sexistes ou pornographiques laissées parfois en statuts sur les réseaux sociaux. Ainsi, il arrive que pendant le jeûne certains musulmans décident de ne plus écouter de la musique ou regarder la télévision.

En clair, les objets technologiques peuvent constituer une limite à la sincérité de la dévotion à Allah dans cette période. Autrement dit, pour certains musulmans, il va absolument falloir se priver de TIC pour espérer faire un jeûne qui plaise à DIEU.

Bref, vue sous un certain angle, les TIC peuvent affecter la piété du musulman pendant le jeûne du ramadan. En d’autres termes, dans certains cas, les TIC peuvent distraire le musulman et limiter sa focalisation sur DIEU.

 

 

L’apport des TIC dans le jeûne musulman

Aujourd’hui, le numérique comme la technologie en général s’implique dans tous les domaines de la vie.

Ainsi, il existe bien d’outils technologiques spécialement conçus pour venir en aide aux musulmans pendant le jeûne du ramadan. A titre d’exemple, on pourra citer ‘’Ramadan 2019’’ une application installable sur smartphone qui aide considérablement le musulman pendant ce mois de jeûne. Ainsi, grâce à un produit technologique (ordinateur, tablette ou smartphone) les musulmans peuvent mieux réussir le jeûne du ramadan. En fait, ils obtiennent facilement l’accès à certaines précisions comme heures des prières, du Sahur et de l’Iftar.

Par ailleurs, grâce au smartphone et d’autres produits des TIC, il demeure possible d’avoir :

Donc, on conviendra que les TIC exposent à une foule d’informations qui pourraient empêcher d’atteindre dîment les buts spirituels du jeûne. Cependant, on ne négligera pas le fait qu’il y a également plusieurs contextes dans lesquels les TIC restent importants.

Au final, retenez que CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS souhaite un « joyeux ramadan » à tous les musulmans.

E-réputation optimiser l'influence et maintenir la surveillance

E-RÉPUTATION : DÉCOUVRIR L’ESSENTIEL A SAVOIR

Aujourd’hui, il demeure important d’avoir une idée précise de ce que les gens pourront lire vous concernant sur internet. Ainsi, entreprise ou individu, il reste crucial de surveiller votre e-réputation. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous donne l’essentiel de ce qu’il faut absolument savoir dès maintenant.

 

L’influence de la notoriété numérique

Que vous soyez une personne physique ou morale, sur internet, il y a probablement des informations sur vous. Et généralement, la plupart de ces informations vous concernant restent accessibles aux internautes et aux pirates informatiques.

A priori, le grand lot d’informations vous concernant qu’on peut retrouver sur le net permet de constituer votre e-réputation.

Aussi, sur internet, il y a des informations valorisantes mais cela n’exclut pas la présence d’autres informations qui entachent les réputations.

Or, ce qui se dit à propos de vous sur la toile influence inéluctablement votre notoriété. Donc, que vous soyez une entreprise ou un simple individu, votre réputation digitale peu vous propulser ou vous nuire. Autrement dit, la mauvaise e-réputation d’une entreprise peut affecter son chiffre d’affaire. Et pour un individu, avoir des informations dévalorisantes sur la toile pourrait nuire à son avenir professionnel et même relationnel.

Au final, on retiendra qu’il reste toujours souhaitable de jouir d’une bonne réputation digitale.

 

Contrôler son e-réputation

Aujourd’hui, l’information circule très vite et les données évoluent en permanence. Donc, l’e-réputation demeure en perpétuel changement et sa surveillance s’impose.

Et pour ce faire, CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous suggère de miser sur votre marketing personnel. Comment s’y prendre ? C’est simple. Faites recours au Google Alert. En principe, il s’agit d’un service de notification de Google. Cela vous permet de recevoir un mail d’alerte dès qu’une quelconque modifications se fait en impliquant votre nom. Aussi, rassurez-vous, cela marche quel que soit l’auteur dudit contenu.

Par ailleurs, pour surveiller votre e-réputation, vous pouvez également faire confiance au Talkwalker Alert.

Enfin, attendre de recevoir des alertes reste une belle solution de veille informationnelle mais vous pouvez faire plus. En clair, pour contrôler ce qui se dit de vous sur la toile, vous pouvez utiliser Boardreader et/ou Pipl. Ces logiciels spécialisés dans la recherche vous donneront davantage d’informations sur ce qui se dit sur vous ou votre entreprise.

 

VivaTech 2019 un salon pour les startups soutenues par des stars

VIVATECH 2019 : FAIRE LA PART BELLE AUX STARS POUR SOUTENIR L’INNOVATION ET LES STARTUPS

Bientôt la VivaTech 2019 se tiendra à Paris. Et pour cette occasion spéciale, des stars vont marquer l’évènement par leur présence et leurs fortes implications dans les activités. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous donne des infos sur le sujet.

Viva Technology, l’évènement…

Depuis 2016, l’évènement baptisé VivaTech ou Viva Technology a lieu chaque année. Et pour les connaisseurs, il s’agit d’un salon consacré à l’innovation technologique et aux start-up.

Aussi, même si la VivaTech intéresse prioritairement les startups, on y retrouve également des investisseurs, exécutifs, journalistes, étudiants et académiques.

En outre, il faut préciser que l’évènement reste également ouvert au grand public. Seulement, cette dernière catégorie de participants arrive généralement après les deux premiers jours du Salon.

Enfin, on retiendra simplement que la Viva Technology regroupe toujours des dizaines de milliers de participants. Et ce rassemblement contribue au développement technologique.

VivaTech, une vitrine de promotion technologique

En 2019, la VivaTech a 4 ans. Et chaque édition précédente a mobilisé un grand nombre d’acteurs directs ou indirects de l’univers technologique.

Ainsi, les trois précédentes éditions ont accueilli des startups, des chefs d’entreprises tech et des hommes d’affaires qui financent le secteur.

Par ailleurs, au fil des éditions, la VivaTech a rassemblé de plus en plus de participants. De 45 000 visiteurs en 2016, l’évènement a rassemblé plus de 100 000 personnes en 2018.

Bref, la VivaTech 2019 va surement doper davantage l’écosystème des start-ups. Et comme incidence, cela pourrait apporter un coup de pouce supplémentaire à la promotion de l’innovation technologique.

 

VivaTech 2019, des stars aux côtés des startups…

Lors de la VivaTech 2018, des patrons de quelques géants technologiques ont répondu présent. Il y avait par exemple Mark Zuckerberg, Satya Nadella, Dara Khosrowshahi, Ginni Rometty, Chuck Robbins et Bill McDermott.

Par contre, l’édition de cette année fera la part belle aux stars. Il s’agira des célébrités du monde de la technologie, de la politique et même du sport. Ainsi, on notera la présence de grands hommes comme Jack Ma, Emmanuel Macron ou Usain Bolt. La liste de célébrité reste assez longue.

Aussi, VivaTech 2019 va recevoir d’autres grandes personnalités à l’instar de Young Sohn, Philippe Wahl ou Bernard Arnault.

Au final, précisons que la VivaTech 2019 se déroulera du 16 au 18 mai à Paris Expo, porte de Versailles. Et pour avoir plus de précisions, il suffit de visiter l’adresse https://www.lci.fr/high-tech/video-viva-tech-2019-horaires-lieux-tarifs-toutes-les-infos-pratiques-sur-le-salon-des-nouvelles-technologies-viva-technology-2118372.html.

 

Trouver un emploi sur internet astuces pratiques

TROUVER UN EMPLOI SUR INTERNET : TOP 3 DES ASTUCES

Il arrive souvent de trouver un emploi sur internet. Seulement, pour augmenter ses chances, le chercheur d’emploi doit adopter certaines astuces. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous offre une liste des astuces qui vous aideront considérablement.

1-     Recourir aux réseaux sociaux pour trouver un emploi

Aujourd’hui, à l’ère du digital, les réseaux sociaux ouvrent de nombreuses portes dans le monde professionnel. Aussi, il serait souhaitable de s’en servir comme canal de diffusion d’informations ou simplement d’annonces.

Par ailleurs, ceux qui insistent sur les réseaux sociaux pour trouver un emploi n’exagèrent pas. Bien au contraire, cela prouve qu’ils ont réalisé le potentiel des réseaux sociaux. En fait, LinkedIn, Twitter, Facebook ou Viadeo représentent des canaux utiliser par des annonceurs pour attirer, capter et recruter différents profils. Et de nombreuses entreprises ou services de recrutements ne passent pas les réseaux sociaux pour tenter de dénicher des talents.

Aussi, il reste intéressant de créer des alertes emploi. Ainsi, vous recevrez des e-mails d’alerte concernant les nouvelles offres d’emploi publiées sur LinkedIn ou Viadeo et correspondant à votre profil.

Bref, on conviendra que marquer sa présence sur le Web permet d’augmenter la possibilité de trouver un emploi. Et qui dit réseaux sociaux dit aussi Web.

2-     Contrôler l’e-réputation

Généralement, sur internet, certains recruteurs effectuent des recherches sur leurs potentiels candidats à l’emploi.

Et malheureusement, il arrive que certains de ceux-ci laissent sur le web des informations qui pourront jouer en leur défaveur.

Donc, il est particulièrement important de surveiller votre e-réputation. Autrement dit, vérifiez souvent ce que le web sait de vous. Et pour cela, il suffit de saisir votre nom dans un moteur de recherche.

 

3-     Positionner et renforcer le profil

Pour trouver un emploi sur internet, il ne suffit pas d’être présent sur la toile. Il faut surtout bien positionner votre profil et s’assurer qu’il soit bien mis en valeur.

Pour ce faire, il faut bien sélectionner les réseaux sociaux ou les sites sur lesquels apparait votre profil. Aussi, vous devriez faire apparaître l’essentiel des informations qui pourront renforcer votre mise en valeur sur le plan professionnel. En clair, votre profil sur internet devrait donner aux éventuels recruteurs des informations précises sur vos diplômes, expériences, centres d’intérêt et vies associatives.

Par ailleurs, pour donner plus de poids à votre candidature, vous pouvez produire un CV en ligne. Vous pouvez également aller plus loin en publiant votre profil sur des blogs, sur YouTube ou sur des sites d’annonces.

Enfin, sur internet, il faudra créer des liens avec d’autres personnes afin d’élargir votre cercle professionnel. Cela augmente les chances de trouver un emploi. Ceux qui vous connaissent partageront avec vous des offres adaptées à votre profil.

DHL africa eShop e-commerce en mode DHL

DHL Africa eShop : DAVANTAGE D’E-COMMERCE EN AFRIQUE

Des consommateurs africains vont pouvoir accéder à un champ plus large de commande en ligne. Et cela se fera grâce à DHL Africa eSHOP, une plateforme d’e-commerce lancé par DHL Express.

 

 

Une nouvelle plateforme d’e-commerce

En Avril dernier, DHL Express a présenté le fruit d’une collaboration avec Link Commerce, une division de Mall for Africa. Il s’agissait d’une plateforme en ligne baptisée DHL Africa eShop et destinée au commerce électronique. Pour cette société spécialisée en transport-logistique, cela reste une façon de se positionner également dans le secteur de l’e-commerce.

En effet, avec cette plateforme, DHL n’a pas simplement l’intention de doper le dynamisme du commerce électronique en Afrique. La société ambitionne de réellement améliorer la pénétration du e-commerce dans bien de pays africains.

Ainsi, dans un premier temps, ledit service restera accessible dans 9 pays anglophones. Il s’agira de : Afrique du Sud, Nigeria, Kenya, Ghana, Rwanda, Malawi, Botswana, Sierra Leone et Ouganda.

Par ailleurs, pour le moment, seulement deux pays francophones jouiront de la plateforme (Île Maurice et Sénégal).

Bref, l’application restera accessible à une belle poignée de pays africains. Pour les utilisateurs, cette nouvelle plateforme d’achat en ligne donnera probablement plus de force au e-commerce.

 

 

DHL Africa eShop, un nouveau poumon de l’e-commerce africain

Comme toute plateforme de commerce électronique, DHL Africa eShop permet aux utilisateurs de réaliser des achats directement en ligne. Seulement, dans ce cas, les utilisateurs ont la possibilité d’acheter auprès de 200 revendeurs basés aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

Aussi, cette plateforme d’e-commerce offre à l’internaute l’assurance de se faire livrer à domicile. Et cela se fait dans de bonnes conditions de coûts et de livraisons.

En outre, il demeure clair que DHL démontre ainsi son intention de connecter les consommateurs africains aux grandes marques internationales.

Enfin, à la tête de DHL Express en Afrique subsaharienne. Hennie Heymans a fait une belle déclaration concernant cette plateforme. Selon lui, elle permettrait d’offrir des opportunités d’envergure mondiale aux consommateurs africains.

 

Dématérialisation au Congo le numérique pour lutter contre la fraude

LA DÉMATÉRIALISATION : UNE SOLUTION NUMÉRIQUE POUR LIMITER LA FRAUDE AU CONGO

A bien des égards, le numérique simplifie les pratiques, améliore le quotidien et limite les fraudes traditionnelles. Aussi, les autorités congolaises en ont conscience. En 2019, elles ont opté pour une dématérialisation à deux niveaux importants.

La dématérialisation du paiement des factures

Dorénavant, pour payer des factures d’eau et d’électricité ou des taxes au Congo, il faudra procéder par voie électronique.

En effet, cette disposition fiscale découle d’une rencontre tenue en avril dernier entre trois entités du pays. Il s’agit de :

  • La commission économie et Finance de l’Assemblée nationale congolaise ;
  • L’Agence de Régulation des Postes et des Communications Électroniques (ARPCE) ;
  • Les sociétés congolaises en charge des questions d’eau et d’électricité.

Aussi, faut-il préciser que cette décision de dématérialiser le paiement des factures d’eau et d’électricité vise à lutter contre la fraude fiscale. En plus, cela s’étend également aux chaines de télévisions dans le cadre du réabonnement.

Par ailleurs, ce système de paiement permettra de mieux sécuriser les ressources financières de l’Etat. Et ce, en favorisant une collecte efficace de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

Au final, cette dématérialisation fera également beaucoup de bien à l’Assemblée nationale. Désormais, elle pourra se faire une idée plus claire de l’assiette fiscale afin d’optimiser la prévision des recettes.

 

La dématérialisation des opérations douanières

Au Congo Brazzaville, la fraude frontalière a longtemps causé des soucis à l’administration douanière. Cependant, durant le reste de l’année 2019, la donne pourrait changer avec la dématérialisation récemment instaurée dans le secteur.

En fait, les autorités douanières ont mis en place un système numérique qui permettrait de mieux gérer et contrôler les opérations douanières. A priori, il s’agit d’un produit numérique baptisé e-douane et d’un outil connu sous l’appellation ‘’frontières smart’’. Et tout cela se rapporte au projet e-douane au Congo.

Ainsi, cette numérisation des douanes aiderait à mieux contrôler les frontières en luttant efficacement contre la fraude.

Par ailleurs, il demeure évident que cette dématérialisation des opérations douanières facilitera la vie à tous. Et à terme, on pourra obtenir davantage de sécurité et de transparence dans les recettes douanières.

Enfin, espérons que même les documents administratifs douaniers pourront s’obtenir plus rapidement grâce au smartphone.

Journée de l'entrepreneuriat digital féminin

BÉNIN : JOURNÉE DE L’ENTREPRENEURIAT DIGITAL FÉMININ (EDF)

Les femmes béninoises ne resteront plus longtemps en marge du numérique. Sous l’impulsion d’une jeune dame nommée Sonia Agbantou, elles découvrent le concept journée de l’Entrepreneuriat Digital Féminin. CAFE INFORMATQUE & TELECOMMUNICATIONS vous donne plus de précisions.

 

 

La journée de l’entrepreneuriat digital féminin

Le concept de journée de l’entrepreneuriat digital féminin découle des nombreux efforts de Sonia Agbantou.

En effet, cette professionnelle de média, animatrice et présentatrice live, a toujours manifesté une grande passion pour le digital. Aussi, a-t-elle lancé une web TV multiformat (magazine, vidéo) baptisée SONIA TV dont elle demeure la promotrice.

Par ailleurs, en décembre 2018, elle avait organisé la 1ière édition de la journée de l’Entreprenariat Digital au Féminin (EDF). Et cette année, le samedi 4 mai 2019 à Cotonou, elle a lancé la 2e édition de cette journée.

Au final, il demeure clair que Sonia Agbantou compte bien pérenniser cette journée qui profite certainement à bien de femmes.

 

 

Le déroulement de l’édition 2019

La journée de l’entrepreneuriat digital féminin 2019 a permis de réunir quelques dizaines de femmes béninoises. Intéressées par le numérique, elles ont participé à des conférences-débats sur des thématiques relatives au développement personnel.

Aussi, elles ont échangé et partagé des connaissances relatives à la maîtrise des outils digitaux et aux financement des projets numériques.

Bref, cette journée organisée à l’intention des femmes a eu tout le contenu nécessaire favorable aux femmes ouvertes au numérique.

 

 

Les objectifs de la journée de l’entrepreneuriat digital féminin

En lançant ce concept, la promotrice de SONIA TV ambitionne de relever grand défi. Elle veut promouvoir l’autonomisation des femmes et leur développement personnel. Selon cette femme hyper active, cela permettrait d’impulser chez les béninoises, la réussite entrepreneuriale et l’épanouissement professionnel.

Aussi, pour Sonia Agbantou, il faut que les femmes béninoises s’appuient sur le pouvoir du digital pour faire trois choses :

  • S’émanciper professionnellement ;
  • Sortir des zones de confort ;
  • Oser entreprendre.

Autrement dit, Sonia pense que le digital peut aider à la création de richesses. Et les femmes du Bénin doivent absolument en profiter dûment.

Enfin, à terme, cette journée de l’Entrepreneuriat Digital Féminin devra permettre de créer un réseau qui favorise les femmes impliquées dans le numérique au Bénin.

DIGITAL AFRICAN TOUR 2019 au Burkina Faso

DIGITAL AFRICAN TOUR AU BURKINA EN 2019

Le Digital African Tour a récemment eu lieu au Burkina Faso. Et pour les DSI et les autorités du pays, cela reste une occasion de mettre l’accent sur le numérique burkinabé. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous donne une vue panoramique de l’évènement.

 

A propos de l’initiative Digital African Tour (DAT)

Le Digital African Tour 2019 a déjà fait escale dans trois pays : Togo, Bénin et dernièrement le Burkina Faso. En fait, il s’agit d’un évènement itinérant réalisé dans plusieurs pays africains et portant essentiellement sur le numérique. En fait, il vise à constituer un réseau panafricain en fédérant les énergies des agences nationales et clubs de DSI.

Aussi, la 3e étape de cet évènement a donc eu lieu au Burkina Faso le mardi 30 avril dernier.

En outre, comme les précédentes, cette IVe édition du DAT vise à booster la transformation digitale de l’Afrique. Et cela contribuerait également à faire du numérique un accélérateur pour l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD).

Enfin, Digital African Tour aborde différents domaines comme la santé, l’éducation, l’agriculture et l’e-commerce. Et les prochains pays en liste sont Maroc, Sénégal, Côte d’Ivoire et Algérie.

 

 

Le Burkina Faso après le DAT

Au Burkina Faso, les activités du DAT 2019 ont porté sur des notions comme Big data, open data, blockchain et cybersécurité. Et le thème retenu pour l’occasion dit « Big data, open data et blockchain : ces innovations technologiques qui vont transformer le Burkina Faso.

A priori, cet évènement va favoriser l’essor du club des DSI (directeurs des systèmes d’information) du pays. Donc, le fait d’abriter un tel évènement va sûrement doper la promotion des bonnes pratiques en matière de système d’information.

Par ailleurs, les activités de ce DAT 2019 ont également permis d’aborder des sujets touchant aux jeunes. Ainsi, les participants ont échangé sur la formation de la jeunesse à la technologie du numérique.

Aussi, de belles déclarations ont enrichi la quintessence de l’évènement. Ainsi, on citera par exemple l’intervention du Directeur général des Technologies de l’Information et de la Communication concernant l’Open Data. Il affirmait : « La donnée, c’est le pétrole du 21è siècle. L’open data, c’est le socle de la transparence dans la gouvernance ».

Également présent, Idriss Tinto, président de l’association Open Burkina a fait une brillante déclaration. Selon lui, il faut promouvoir l’Open data et accéder aux données pour créer de la valeur.

Finalement, il y a des chances qu’après ce Digital African Tour, le Burkina faso s’activera davantage sur plusieurs fronts technologiques. Les burkinabés vont probablement tendre vers le développement du crowd-sourcing et du crowdDoing en espérant standardiser les données ouvertes.

 

LE CLOUD EN 2019 entreprises entre craintes et enthousiasme

LE CLOUD EN 2019 : ENTREPRISES ENTRE MÉFIANCE ET OPPORTUNITÉ

Bon nombre d’entreprises demeurent encore réticentes à adopter le Cloud en 2019. Et ce, pour diverses raisons parmi lesquelles on citera la méfiance. Par contre, le nombre de structure investissant dans le Cloud ne cesse d’augmenter de façon considérable. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous fait un petit point sur la question.

 

Une crainte nourrie du Cloud en 2019

Avec l’arrivée du Cloud, le stockage des données a pris une tendance assez particulière. Et pour bon nombre de chefs d’entreprises qui n’ont pas assez d’informations, le Cloud reste un sujet délicat.

Et cela se justifie au regard des différentes typologies existantes du Cloud Computing.

En effet, face à la multiplicité des possibilités offertes par le Cloud, bien d’utilisateurs affichent beaucoup de méfiance. Aussi, la large accessibilité des données du Cloud amène certains à penser que cela mettrait en cause la sécurité. Or cela reste une pensée erronée car le Cloud a la réputation d’être ouvert mais très sécurisé.

Aussi, à priori, le Cloud favorise un stockage d’informations et d’applications informatiques impliquant des machines substituables les unes aux autres. Et cela permet de restituer une donnée, quelle que soit sa localisation.

Enfin, certaines entreprises se basent sur ce genre d’analyses pour nourrir leur crainte d’adopter le Cloud. Et dans la majorité des cas, elles estiment que deux aspects du Cloud restent problématiques : la sécurité et la protection des données.

 

Une avancée croissante de l’intérêt chez les entreprises

Aujourd’hui, le Cloud devient un sujet de plus en plus attrayant pour de grands acteurs du monde des affaires.

Ainsi, la conférence Cloud Next 2019 a rassemblé 30 000 participants contre 250 lors de la première édition en 2014.

Aussi, pour de nombreuses entreprises, le stockage en ligne offert par le Cloud se présente comme une aubaine. Et la tendance s’annonce très forte au niveau des entreprises digitales.

Par ailleurs, durant ces dernières années, les organisations de tous secteurs migrent de plus en plus de workloads dans le cloud. Et selon le dernier rapport de Flexera/RightScale, près de 9 entreprises sur 10 tendrait à recourir aux services Cloud.

En clair, le Cloud en 2019 offre plus d’avantage que durant les années antérieures. Actuellement, les utilisateurs peuvent jouir d’une quantité plus grande et une plus large variété des services.

Bref, pour les grandes entreprises et les PME, il demeure évident que l’adoption du cloud ira croissant. Et pour les entreprises du TOGO, cela se fera surtout grâce à la société CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS. Elle propose plusieurs services impliquant le Cloud.

 

we care s'unir pour lutter contre les vols de téléphones

WE CARE DE LA GSMA EN COTE D’IVOIRE

En Côte d’ivoire, l’utilisation des téléphones volés pourrait connaitre un frein important. Et ce, grâce à l’initiative « We Care » de la GSMA. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous apporte plus de détails.

 

 

Un appui consistant des acteurs ivoiriens de l’industrie mobile

Selon la GSMA, le 16 avril dernier, de gros acteurs de l’industrie mobile en Côte d’ivoire ont fait un. Et cette collaboration visait à concentrer les efforts pour empêcher l’utilisation d’appareils volés.

Ainsi, pour l’occasion, des représentants de GSMA, Moov, MTN, Orange, UNETEL et ARTCI ont répondu présents. Aussi, cette mobilisation visait à atteindre deux objectifs qui sont :

  • Protéger les particuliers et les entreprises contre le vol et la contrefaçon des appareils mobiles ;
  • Freiner considérablement l’utilisation frauduleuse des appareils perdus.

Dans la pratique, la contribution de l’industrie mobile à l’initiative We Care se fera dans une dynamique bien précise. Les opérateurs prendront des dispositions pour transmettre les coordonnées des appareils déclarés perdus ou volés à la base de données GSMA IMEI. Aussi, au terme du processus, des mesures prises permettront de bloquer les appareils ainsi perdus ou volés.

Finalement, on retiendra que cette collaboration des acteurs du mobile autour de l’initiative We Care reste très prometteur. Cela devrait permettre d’offrir aux utilisateurs mobiles de jouir d’un environnement plus sûr et fiable.

 

 

We Care, un véritable atout sur différents fronts

Cette initiative de GSMA permettrait de mieux protéger particuliers et entreprises contre le vol et la contrefaçon des appareils mobiles. Aussi, cela limiterait considérablement l’utilisation frauduleuse des appareils perdus.

Par ailleurs, le programme We Care occasionne ainsi une collaboration étroite entre le public et le privé. Et cela favorise davantage la mise en place d’un environnement de confiance pour les utilisateurs.

En outre, la Côte d’ivoire s’offre désormais la possibilité de signaler et de faire bloquer des appareils perdus ou volés.

Tout compte fait, on espère que d’autres pays emboitent le pas de la Côte d’ivoire avec le programme We Care. Cela aiderait à mieux lutter contre le vol de portable un peu partout en Afrique.