Interim, réseau social béninois avec traduction instantanée

INTERIM : LE RÉSEAU SOCIAL BÉNINOIS QUI ÉLIMINE LES BARRIÈRES DE LANGUES

Un nouveau réseau social baptisé INTERIM fait forte sensation en permettant de supprimer les barrières de langues. Et le concepteur d’INTERIM, un fils du Bénin estime déjà que cette application améliorerait grandement les échanges entre internautes. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous fait découvrir ce joyau des TIC africains.

 

« INTERIM », un réseau social en mode formule 3 en 1

Durant la fin de 2018, le béninois Sem Djeguede s’est brillamment illustré dans l’univers des TIC au bénin. Et cela est arrivé à la suite de l’annonce du réseau social INTERIM.

En effet, Sem Djeguede est le concepteur de INTERIM. A priori, ce réseau social africain apporte une touche particulière à la communication des internautes. Ces derniers peuvent s’envoyer directement des messages sans avoir besoin de traduction et ce, quelles que soit leur nationalité.

Autrement dit, le réseau social de Sem Djeguede met un terme à la barrière de la langue.

Aussi, ce réseau social béninois se positionnerait bien en vecteur d’union des internautes du monde entier. En fait, les échanges sur INTERIM se font indépendamment de la langue de conversation ou du pays de situation.

En outre, ce petit nouveau de la famille des réseaux sociaux se présente sous la forme d’une formule 3 en 1. C’est ce que confirme son concepteur. Selon lui, INTERIM s’assimile à une seule application mobile qui regroupe les fonctionnalités de Whatsapp, Google traduction et LinkedIn.

Bref, tous les utilisateurs d’androïd version 4.0 peuvent utiliser INTERIM. Pour cela, il suffit de télécharger l’appli sur Play Store.

 

 

Atouts de ce réseau social africain

Avec ce réseau social qui porte la marque du Bénin, les internautes peuvent jouir de certains avantages exceptionnels.

Ainsi, dans ce lot d’atouts, nous citerons :

Avec INTERIM, chaque internaute peut écrire à un autre sans qu’ils ne soient obligés de parler la même langue. Ainsi, un africain peut envoyer un message en français ou anglais et l’internaute chinois le recevra en Mandarin.

Ce réseau social béninois permet aux internautes de se prononcer sur des centres d’intérêt communs malgré la différence linguistique. En clair, avec INTERIM, un américain peut écrire en anglais et communiquer aisément avec des français ou des chinois.

  • Une plus grande facilité d’échange

Sur Facebook, il n’est pas facile d’entretenir des échanges avec un correspondant qui parle une langue différente de la vôtre. Cependant, INTERIM vous facilite les échanges avec vos contacts étrangers. Sans inquiétude, vous pourrez vous faire des amis qui parlent anglais, portugais ou mandarin.

Enfin, pour ce béninois résident aux États-Unis d’Amérique, INTERIM reste un moyen de rapprocher davantage les citoyens du monde.

Ghana: Microsoft et Bluetown s'unissent pour internet dans les zones rurales

GHANA : BLUETOWN S’ACCORDE AVEC MICROSOFT POUR FOURNIR LE WI-FI

Au Ghana, le Wi-Fi devient accessible à de plus en plus de personnes. Et Microsoft y est pour quelque chose. Ce géant poursuit ainsi son projet « Airband Initative » et se fait aider par BLUETOWN.

Le Wi-Fi accessible à des populations de l’Est du Ghana

Des populations du Ghana longtemps restées sans connexion internet vont bénéficier du Wi-Fi.

Cela découle d’un accord de partenariat signé par BLUETOWN avec Microsoft. Ledit accord a pour but de desservir le Wi-Fi dans les zones enclavées de l’Est du pays.

A cet effet, près de 800 000 résidents ghanéens jouiront de la fourniture de l’internet sans fil.

Pour sa part, Shelley McKinley, directrice de la technologie et de la responsabilité d’entreprise (Microsoft) justifie ce projet. Selon elle, l’accès à Internet est aussi essentiel que l’électricité. Cependant, près de la moitié de la population mondiale n’est pas encore connectée. Et en tant que société technologique mondiale, Microsoft a la responsabilité d’aider à combler cet écart.

En outre, Nick Pallesen, directeur commercial de BLUETOWN s’est également prononcé sur les retombées à espérer de ce projet. Il pense que cela améliorera la situation de l’accès Internet dans les régions mal desservies en services télécoms au Ghana.

Bref, l’essentiel à retenir est qu’au Ghana, le fossé du haut débit rural tend à être comblé.

 

Le projet « Airband Initative » et les intentions de Microsoft

Pour la société américaine Microsoft, le fait d’œuvrer pour l’accès à internet au Ghana a un sens particulier.

En fait, cette action est menée dans le cadre du « Airband Tentative » de ce géant technologique. A priori, il s’agit d’offrir le haut débit à des résidents ruraux qui en ont besoin.

Aussi, il faut préciser que le projet « Airband Initative » serait également en cours dans certaines zones des États-Unis.

Par ailleurs, au Ghana comme au pays de l’Oncle Sam, ce projet vise un objectif similaire.

Ainsi, Microsoft met en avant l’usage du spectre de télévision libre pour connecter des populations à internet.

Enfin, cette connexion se fera à très faibles coûts et permettra aux populations d’accéder à divers services numériques.

UP’NEU , un nouveau réseau social du Sénégal.

UP’NEU : UN RÉSEAU SOCIAL SÉNÉGALAIS POUR LE MONDE ENTIER

Un nouveau réseau social africain est né au pays de la Téranga. C’est l’œuvre d’une équipe de jeunes sénégalais réunis au sein d’une startup. Baptisé UP’NEU, cette nouvelle application pourrait connaitre une envergure mondiale.

 

A propos du réseau social « made in Senegal »

Désormais, le Sénégal peut se vanter d’avoir son réseau social. Et cela, les sénégalais le doivent au jeune Amadou POUYE.

En effet, Amadou POUYE est le CEO d’une startup dénommée « UPCORP ». C’est au sein de cette jeune pousse et entouré d’une équipe de 20 jeunes qu’est né UP’NEU.

Aussi, ce réseau social reste particulièrement innovateur. Toutefois, il n’est pas le tout premier du genre. En fait, durant l’année 2017, le Sénégal avait déjà connu son premier réseau social « Penc-Mi ».

En outre, UP’NEU apporte une innovation phare en permettant que toute publication soit automatiquement visible de tous. C’est-à-dire que chaque publication est vu par la grande totalité des membres du réseau et ce, sans aucune exception.

Par ailleurs, UP’NEU est déjà disponible sur Play store.

Enfin, c’est clair ! La mise au point cette appli renforce l’idée que le TIC au Sénégal pousse des ailes. Et que la jeunesse sénégalaise regorge de grands talents du secteur.

 

Fonctionnalités et perspectives

Selon Amadou POUYE, le concepteur de UP’NEU, ce nouveau réseau social sénégalais serait mieux que Facebook. Et cela pourrait se justifier en considérant certains avantages de l’application. En effet, ce réseau social présente les mêmes fonctionnalités de messagerie que Whatsapp. Et ce n’est pas tout. Il offre d’autres avantages intéressants.

A priori, sur UP’NEU, il est possible :

-de faire des uplows (ndlr publications) audio

-de faire des commentaires audio sur un fil de publications, un post vidéo, une photo ou un texte.

-de consulter des rubriques à thème (Santé, Beauté, Education…)

En plus, le concepteur de UP’NEU rassure que ce réseau social serait un as en matière de confidentialité.

Pour l’instant, l’équipe de « UPCORP » compte sur l’appui de tous pour promouvoir cette application africaine. Autrement dit, Amadou POUYE et ses amis restent convaincus cette application se révèlera une grande innovation à l’échelle mondiale.

Finalement, il faudra attendre quelques temps pour se convaincre du poids de UP’NEU face aux réseaux sociaux déjà connus.

Les carnets de santé numérique se multiplient et les utilisateurs se comptent par millions

CARNET DE SANTÉ NUMÉRIQUE: LA TENDANCE GAGNE DU TERRAIN

Le carnet de santé numérique ou dossier médical partagé (DMP) deviendra probablement un incontournable dans les pratiques sanitaires. Aussi, de plus en plus de personnes souscrivent au DMP. Et les applications relatives aux carnets de santé numérique se multiplient dans différents pays du monde.

 

Transition avec une mobilisation fortement croissante

La transition du dossier médical papier vers le numérique connait une progression fulgurante et apparemment, la tendance ira croissant.

En effet, le carnet de santé numérique est une solution apparue dans le domaine médical depuis plusieurs années.

A priori, il s’agit d’un outil numérique destiné à :

  • Optimiser le suivi de l’état médical du patient en rendant ses données transférables et interopérables entre formations sanitaires ;
  • Faciliter davantage l’accès aux soins avec des gains de temps et éventuellement des économies ;
  • Améliorer la qualité des soins et services délivrés par les professionnels de santé.

Donc, le but premier du carnet de santé numérique serait de faciliter l’accès aux données médicales de chaque patient.

Par ailleurs, l’intérêt porté au carnet de santé numérique devient de plus en plus prononcé. Ainsi, en France, durant ces derniers mois, plus de 3 millions de personnes ont essayé le système. Ils ont donc créé des comptes DMP.

Enfin, en 2019, centres de santé et praticiens vont surement être plus nombreux à s’adonner à la pratique. Conséquence ? Le nombre des comptes créés augmentera à grande vitesse !

 

La promotion des applications associées

Aujourd’hui, le principe de carnet de santé numérique est assez connu. Seulement, pour amener le plus grand nombre à utiliser cette solution, il faut en faire davantage de promotion.

A cet effet, dans différents pays du monde, des applications de ce genre ont vu le jour.

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS à rechercher quelques applications pour vous.

En France, on parle de « se faire ouvrir » un DMP. Et pour cela, il suffit de se rendre sur le site dmp.fr pour créer votre carnet en ligne. Ensuite, vous pourrez télécharger l’application mobile dédiée.

Au Bénin, « goMedical » est l’application qui révolutionne la gestion des dossiers médicaux. Elle favorise une amélioration des interactions entre patients et médecins.

Pour le Sénégal, Aphia est le dossier patient numérisé connu. C’est une application mobile de santé qui permet de développer la prévention en optimisant les processus de soins.

En outre, il faut noter que cette liste n’est pas exhaustive. Aussi, le carnet de santé numérique n’est pas uniquement réservé aux grands. Bien au contraire, c’est pour tout le monde. Toutefois, il existe un carnet de santé numérique spécialement pour les enfants. Il est baptisé « Mommy’s book ».

Enfin, tout le monde reconnaitra que les applications dédiées à la santé numérique ne cessent de se multiplier. Et cela reste un bon signe pour la vulgarisation du carnet de santé numérique.

 

Sanofi lance une série de challenge pour préparer la Viva technologie 2019

SANTÉ : SANOFI POURSUIT SES ACTIONS EN AFRIQUE ET LANCE DES CHALLENGES

La santé en Afrique est un domaine dans lequel l’innovation est recherchée en permanence. Et dans ce sens, SANOFI mène plusieurs actions. Elle vient de lancer une série de challenge afin de stimuler davantage les startups africaines.

 

Un acteur majeur du développement dans le secteur

L’entreprise biopharmaceutique SANOFI est devenu un acteur particulièrement dynamique de l’écosystème sanitaire africain.

En effet, depuis plusieurs décennies, elle mène en Afrique, de multiples actions pour booster l’innovation en matière de santé.

Ainsi, de nombreuses structures africaines bénéficient directement ou indirectement du soutien de SANOFI. Cette dernière offre donc son expertise, ses connaissances et son expérience aux populations africaines.

Aussi, le laboratoire pharmaceutique recherche constamment des approches innovantes. Et ce, en vue d’améliorer l’accès aux médicaments et aux soins sur le continent noir.

Enfin, on réalise que SANOFI ne cesse d’œuvrer dans l’accompagnement des meilleures startups africaines. C’est clair que cela restera pour elle, une façon d’encourager la quête des solutions exceptionnellement innovatrices.

Trois challenges dédié aux startups africaines

Pour SANOFI, les concours d’innovations sont très importants. Ils devraient inciter les startups à développer un écosystème sanitaire au service du patient.

A cet effet, cette transnationale française lance trois challenges ouverts aux jeunes pousses africaines. A priori, les challenges restent ouverts aux startups œuvrant dans le domaine de la santé. Celles-ci devront participer au challenge de leur choix.

Aussi, il faut préciser que chacun des 3 challenges abordent un sujet différent. Il y aura donc :

  • Sujet 1 : Trouver des solutions pour améliorer sensibilisation, diagnostic et prise en charge des patients diabétiques.
  • Sujet 2 : Proposer des solutions de facilitation pour l’accès aux soins et aux médicaments dans les zones reculées. Et les propositions devront tenir compte de la gestion de la chaîne d’approvisionnement et des solutions de paiement alternatives.
  • Sujet 3 : Identifier des solutions d’aide à la décision et à l’évaluation des partenariats public-privé. Proposer des outils à même capable d’utiliser les méga-données sanitaires.

Finalement, cette série de challenges accueillera certainement un grand nombre de startup. Seulement, une sélection minutieuse permettra de retenir les start-up présentant les meilleures solutions. Ces dernières prendront part à l’Afric@Tech de la Viva Technology à Paris du 16 au 18 mai 2019.

 

ASSURANCE ET NUMERIQUE

ASSURANCE : LE NUMÉRIQUE CHANGE DAVANTAGE LA DONNE EN 2019

En assurance comme dans bien d’autres domaines, le numérique apporte bien de changements positifs. En 2019, les assurés et les assureurs vont certainement expérimenter de nouvelles pratiques du numérique qui amélioreront le secteur. CAFE INFORMATIOUE & TELECOMMUNICATIONS veille sur cette évolution des assurances et en partage ici avec vous les avancées.

 

L’apport du numérique au secteur

Au fil des années, la démocratisation du numérique continue de dynamiser le marché des assurances. Et cela devient possible grâce à de nouvelles approches multicanaux particulièrement innovantes.

En effet, avec le numérique, plusieurs changements sont survenus dans le secteur des assurances. Aussi, on citera entre autres :

  • Le renouvellement des modèles de distribution avec une optimisation de l’utilisation des canaux digitaux.
  • La multiplication des offres d’assurance digitale (e- assurance, m-assurance) avec un accent prononcé sur le formes de micro-assurance.
  • Une nette optimisation des échanges et de la proximité entre assureurs, clients et éventuels partenaires (Telcos).
  • La conception d’offres d’assurances à destination de populations mal ou non-bancarisées,
  • L’apparition croissante des plateformes technologiques pour collecter les primes et payer les réclamations liées aux contrats d’assurances.
  • Une plus grande rapidité dans l’exécution des opérations.
  • Une plus grande maîtrise des risques couverts par l’assurance.

 

Les avantages du numérique en assurance

En assurance (vie et non-vie), l’adoption du numérique offre de nombreux avantages. Et cela se remarque toujours par les facilitations qui naissent des nouvelles pratiques.

Aussi, les principaux avantages sont :

  • Une grande multiplicité des canaux de distribution pour mieux atteindre les clients où qu’il se trouve. Et ce, tout en réduisant les coûts pour les assureurs (moyens de transports, infrastructures, documents papiers).
  • Une continuité des services. Voici un atout aussi bien pour l’ensemble des acteurs d’assurance. En fait, avec la digitalisation des offres, ces dernières deviennent accessibles en tout temps et en tout lieu.
  • Un accroissement de la transparence dans la gestion des affaires. Via ses outils numériques, le client a la possibilité de suivre de près tout ce qui se fait. Et cela devient effectif depuis la souscription au traitement d’un éventuel sinistre en passant par la gestion du contrat.
  • Une tarification optimale. En effet, le numérique permet d’accéder à un maximum d’informations relatives aux clients. Et cela facilite l’évaluation des risques couvert dans l’optique de proposer des offres à des coûts dûment étudiés.

Bref, les interactions entre le monde de l’assurance vie et le secteur du digital occasionnent de meilleures dispositions. Et en 2019, cela profitera certainement aussi bien aux assurés qu’aux principaux acteurs des assurances.

Une centrale-solaire-flottante serait en projet en Cote d'ivoire

TECHNOLOGIE SOLAIRE : UNE CENTRALE SOLAIRE FLOTTANTE EN COTE D’IVOIRE

La technologie solaire gagne de plus en plus de place dans les cœurs des dirigeants de la Côte d’ivoire. Aussi, projettent-t-ils de construire une centrale solaire flottante. De toute évidence, cette ferme d’énergie solaire permettra de renforcer les efforts consentis dans le domaine de l’énergie durable.

 

Première du genre en Afrique

En collaboration avec l’Agence française pour le développement, le gouvernement ivoirien ambitionne construire la première centrale solaire flottante d’Afrique. Et cela n’est pas loin de se réaliser.

En effet, en décembre 2018, le ministre ivoirien de l’énergie, Thierry Tanoh avait clairement dévoilé ce projet exceptionnel.

Par ailleurs, dans le contexte de ce projet, l’Etat ivoirien espère un financement de 80 millions d’euros. Cette somme sera obtenue par un prêt de l’Agence français de développement.

En outre, il faut rappeler que ce projet de centrale solaire flottante arrive à la suite d’un autre projet du même domaine. Il s’agit de la création d’une centrale solaire photovoltaïque de 25 MW. L’annonce de cette dernière,

En résumé, cette première centrale flottante va certainement renforcer davantage la capacité énergétique du pays.

 

Un moteur de développement pour le secteur de l’énergie durable

Cette collaboration entre la Côte d’ivoire et l’Agence Française pour le Développement démontre une forte détermination gouvernementale. Les autorités ivoiriennes sont décidés à renforcer le domaine de l’énergie durable.

Aussi, les 80 millions d’euros ne serviront pas uniquement à la construction de cette première centrale solaire flottante d’Afrique. En fait, cette somme devra permettre de soutenir tous les projets dans le domaine des énergies renouvelables.

En outre, le gouvernement ivoirien entend faire évoluer l’utilisation des énergies renouvelables. Ainsi, la Côte d’ivoire envisage compter 11% du mix énergétique local en énergies renouvelables à l’horizon 2020.

Enfin, à termes, ce projet permettra à la Côte d’accélérer son développement dans le domaine des énergies renouvelables.

Messagerie croisée entre Facebook, Instagram, Messenger et Whatsapp

FACEBOOK, INSTAGRAM, MESSENGER ET WHATSAPP : VERS UNE PROBABLE MESSAGERIE CROISÉE

La messagerie croisée sera peut-être possible très bientôt. En fait, le patron de Facebook travaillerait sur un projet exceptionnel. A terme, les utilisateurs devront pouvoir s’envoyer des messages d’un réseau social à l’autre.

 

L’idée d’une communication croisée

Depuis plusieurs années, le patron de Facebook est également propriétaire Instagram, Messenger et WhatsApp.

De ce fait, Mark Zuckerberg possède ces quatre réseaux sociaux et ambitionne de les rapprocher davantage. Autrement dit, il voudrait permettre aux utilisateurs de ces différents services de s’envoyer des messages. Ainsi, par exemple, un utilisateur de Facebook pourra directement envoyer un message crypté à une personne utilisant uniquement Whatsapp.

Aussi, rapportée dans un article du New York Times, l’idée consisterait en une l’intégration d’une infrastructure technique reliant ces 4 applications. En clair, la firme de Menlo Park veux interconnecter Facebook, Instagram, Messenger et Whatsapp.

Enfin, ce projet messagerie croisée s’assimile à une sorte de messagerie « commune ». Elle aura pour principal but de renforcer le lien entre les utilisateurs des quatre applications. Et selon une source fiable, cela pourrait être effectif d’ici la fin de l’année ou probablement en 2020.

 

Un défi technique assez important

La messagerie croisée comme l’imagine Mark Zuckerberg n’est pas une affaire facile. Bien au contraire, cela risque d’être un long travail technique.

En effet, il faudra mettre en place un système qui permette d’atteindre l’objectif en conservant l’autonomie de chaque application.

Autrement dit, la société est déterminée à élargir son écosystème. Et ce, afin de maintenir les utilisateurs de Facebook, Instagram, Messenger et Whatsapp dans ce dernier.

Au final, d’aucuns peuvent croire qu’il s’agit d’une stratégie de Mark Zuckerberg pour améliorer l’image de Facebook. Toutefois, n’oublions pas que sa société poursuit toujours une de ses ambitions phares. Celle de créer les meilleures expériences de messagerie en simplifiant davantage la communication avec la famille et les amis.

 

 

Enfant et effet de la technologie

ENFANTS ET DANGERS LIES AUX EXPOSITIONS NUMÉRIQUES : DES AVIS CONTROVERSES

Les enfants sont de plus en plus enclins à passer du temps sur les écrans. Aussi, depuis longtemps, bien d’analyses ont révélé que cela affecte leur bien-être. Cependant, une récente étude apporte le contraire de cette idée. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous délivre des informations sur les deux thèses.

L’exposition numérique, un grand danger pour le bien être

A ce jour de nombreux parents s’inquiètent en constatant le temps que passent leurs enfants devant un écran. Et cela reste légitime.

En effet, plusieurs études ont révélé que de graves dangers guettent les personnes qui s’exposent aux écrans pendant longtemps.

A priori, chez les adolescents, les conséquences d’une longue exposition sont essentiellement alarmantes. Généralement, ils deviennent sujettes à des cas d’anxiété, de dépression et autre genre de trouble. Aussi, l’addiction aux écrans entrainerait la baisse de lecture, le manque d’exercices physiques et l’exposition aux vices du Net.

En plus, certains défenseurs du bien-être infantile vont jusqu’à assimiler l’addiction des écrans à celle de la cocaïne.

En outre, certains pays comme la France ont même fait une proposition de loi à cet effet. Naturellement, celle-ci visait à lutter contre l’exposition précoce des enfants aux écrans. Aussi, pour lutter contre l’addiction aux écrans, le gouvernement français avait également plancher sur une interdiction des smartphones à l’école.

Bref, tant d’études scientifiques auraient contribué à tirer la sonnette d’alarme chez les parents. Et conséquence ? Aujourd’hui, les parents prennent des mesures idoines pour limiter le temps que leurs enfants passent devant les écrans.

L’exposition numérique, sans graves dégâts pour les enfants

Des chercheurs de l’université d’Oxford vont surprendre bon nombre d’éducateurs farouchement opposés à l’exposition prolongée des enfants aux écrans. Ces derniers ont décelé un problème de rigueur d’analyse dans les études précédentes.

En fait, après une étude particulièrement rigoureuse, ces chercheurs remettent en cause tout ce qui est connus jusque-là. Tout simplement, ils soutiennent que l’exposition à l’écran n’a aucun effet sur le bien-être des enfants. Ainsi, selon eux, l’utilisation des technologies numériques par les enfants ne représenterait pas de graves dangers.

Par ailleurs, il faut noter que ces thèses sont le fruit d’une étude publiée cette semaine dans Nature Human Behavior.

Aussi, selon ces chercheurs, l’impact de l’utilisation des écrans sur le bien-être social et psychologique des enfants semblerait exagéré. Et pour aboutir à cette conclusion, ils ont dû pousser loin les recherches. Ils ont examiné de manière rigoureuse les preuves corrélationnelles des effets de l’exposition numérique sur les adolescents.

Au terme de cette étude, l’auteur principal de l’étude, Andrew Przybylsk et ses collaborateurs ont tiré une belle conclusion. Ils soulignent que l’effet de l’exposition numérique sur le bien-être chez les adolescents est négatif, mais demeure faible. Selon leurs calculs, l’utilisation de la technologie expliquerait au plus 0,4 % la variation du bien-être.

Enfin, pour certains parents, voici l’occasion de pousser un ouf de soulagement. Seulement, il faudra faire attention. Certes, les écrans n’impactent pas gravement la santé mentale des enfants. Toutefois, cela n’empêche pas d’éventuels cas d’addiction aux écrans. Donc, il reste toujours important de contrôler l’usage des technologies numériques chez les enfants.

L'aéroport s'améliore en matière de sécurité avec de nouvelles technologies

AÉROPORT : LA TECHNOLOGIE POUR RÉDUIRE LES TEMPS D’ATTENTE

Les aéroports sont devenus un lieu où le contrôle de sécurité est très élevé et cela prend souvent du temps. La technologie tente de pallier à cela en proposant de plus en plus de produits technologique. Et ce, en vue d’améliorer les contrôles de sécurité aéroportuaires en réduisant le temps d’attente des voyageurs. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous offre un décryptage de quelques innovations qui pourront réduire le temps d’attente à l’aéroport.

 

·       Le nouveau scanner made by Sequestim

Sequestim a mis au point un scanner qui pourrait couper les habituels files d’attente pour la sécurité à l’aéroport. Et pour ce faire, il a fallu se baser sur des technologies spatiales.

A priori, les capacités de ce scanner spéciales sont exceptionnelles. Ainsi, il serait capable de capter la lueur d’une ampoule électrique à 500 000 kilomètres. De ce fait, lorsqu’un passager traverse son champ, il voit le corps de ce dernier s’illuminer. Dès lors, il peut donc prendre une image assez précise et particulièrement révélatrice.

Au final, le scanner de l’entreprise Sequestim est censé faciliter la détection d’objets dissimulés, même à travers des vêtements. Aussi, il faut préciser que ce fameux scanner est déjà en cours d’essai à l’aéroport de Cardiff.

·       Le scanner à rayon X des chercheurs de l’Université de Durham

Des chercheurs de l’Université de Durham ont mis au point une technologie de fouille à rayon X. En fait, ils planchent sur un scanner qui permettra d’accélérer et d’améliorer les contrôles de sécurité dans les aéroports. Comment ?

En effet, le scanner à rayon X serait capable d’analyser directement le contenu des sacs de cabine. Donc, cela suppose que les voyageurs n’auront plus besoin d’ouvrir leur sac de cabine.

Bref, cette technologie faciliterait la détection des objets dangereux, liquides suspects et appareils électroniques potentiellement inappropriés pour la sécurité.

·       Le scanner de chaussures par Scanna

Développé par la société Scanna, le scanner de chaussures pourrait vous éviter d’avoir à retirer les chaussures à l’aéroport. En fait, ce scanner se présente sous la forme d’une grille d’électrodes de détection. Il suffira de se tenir dessus pour qu’il analyse automatiquement vos chaussures et ce qu’elles contiennent. Normalement, en quelques secondes, ce sera terminé.

Par ailleurs, la liste des nouvelles technologies ainsi présenté dans le domaine de l’aéroport n’est pas exhaustive. Il y a d’autres innovations en instance comme :

En conclusion, on retiendra qu’avec ces technologies, l’intelligence artificielle prend de plus en plus de place dans les aéroports. Et cela pourrait améliorer l’expérience des voyageurs en cas de contrôles sécuritaires dans les aéroports. Il faut cependant bien préciser que toutes ces innovations restent encore à l’étape de prototype.