internet dans les lycées une campagne de promotion avec Youthcom au Congo

INTERNET DANS LES LYCÉES : DES JEUNES DU CONGO BRAZZAVILLE S’ACTIVENT…

Au Congo brazza, l’usage de l’internet dans les lycées pourrait bientôt devenir un fait parfaitement établi. La communauté des jeunes internautes du Congo dénommée Youthcom y contribue activement.

L’action des jeunes internautes du Congo

A Brazzaville, Youthcom reste une communauté de jeunes internautes particulièrement active. Et durant ce mois de mars, ces jeunes ont encore manifesté leur engagement à promouvoir les TIC dans le pays.

Aussi, en poursuivant cette dynamique, ils ont lancé une campagne de promotion de l’usage de l’internet dans les lycées. Et cette campagne lancé le 26 mars dernier reste la toute première initiative du genre.

Par ailleurs, ladite campagne se place sous le thème « l’internet : une arme duale pour la jeunesse ». Et elle s’étendra sur les lycées de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Oyo, Djambala et Sibiti.

Finalement, il faut préciser que cet élan de développement prend forme sous l’impulsion de Danielle Ouanounga, présidente de Youthcom.

Une vision claire…

Pour la communauté des jeunes internautes du Congo, l’internet demeure un atout encore mal exploité par les lycéens. Aussi, il demeure évident que la méconnaissance de l’internet dans les lycées pourrait mettre en péril l’éducation.

Ainsi, en lançant cette première édition de la campagne d’internet dans les lycées, Youthcom nourrit une ambition précise. Celle d’informer dûment les lycéens sur les opportunités et dangers de l’internet en milieu scolaire.

Autrement dit, les jeunes élèves auront des explications claires sur les atouts que représentent l’internet et les réseaux sociaux. Et cela ne se fera pas sans préciser également les risques et les inconvénients associés.

Enfin, on retiendra que Youthcom a vraiment l’intention d’informer les jeunes lycéens sur l’éducation et l’entrepreneuriat numérique.

 

 

De belles perspectives…

Dans cette démarche en faveur de l’internet dans les lycées, le gouvernement congolais ne se met pas en marge. Bien au contraire, l’initiative bénéficie du parrainage de deux grandes institutions gouvernementales. Il s’agit du ministère des Postes, des télécommunications et de l’économie numérique et du ministère de l’Enseignement primaire et secondaire.

Ainsi soutenu par le gouvernement, Danielle Ouanounga et ses amis peuvent espérer un meilleur rapport jeune-internet. En fait, cette campagne pourra apporter une amélioration considérable dans les comportements de jeunes congolais face à internet. Ils seront plus responsables sur l’usage de l’internet.

En outre, cette campagne d’internet dans les lycées va sûrement dynamiser le secteur de l’éducation vers le numérique. Et cela se confirmera avec un concours inter-école nommé Hack4school prévue dans la suite de la campagne. Ledit concours impliquera des élèves retenus dans chacune des six localités ciblées par le projet.

Au final, il faut espérer que cette campagne sur internet dans les lycées portera de très bon fruits. Et que cela permettra de réduire la dangerosité du web pour les jeunes congolais.

 

CMU sénégal

CMU SÉNÉGAL : UN PAS DE PLUS VERS LE TOUT-NUMÉRIQUE

Au Sénégal, le numérique gagne tous les domaines y compris celui de la santé. Et cela se confirme avec la mise en ligne prochaine d’une plateforme de la CMU pour financer l’accès à la santé. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous en fait savoir plus.

 

 

Plus d’efforts pour la digitalisation de la CMU

L’Agence de la Couverture Maladie Universelle (CMU) a d’importantes missions à accomplir. Et cela pourrait se faire plus aisément en misant un peu sur les atouts qu’offre le numérique.

Aussi, cette institution aurait-t-elle décidé de se lancer dans un ambitieux chantier de digitalisation. L’objectif visé reste de digitaliser les paiements de cotisation des adhérents dans les mutuelles de santé. Et cette numérisation devrait également s’étendre au recueil de dons et aux contributions pour son financement.

A priori, il s’agit d’une plateforme fiable et sécurisée qui sera mise en ligne en faveur de la population sénégalaise.

Enfin, selon le DSI de cette structure, Mouhamed Mahi Sy, le lancement de l’application Mobile et Web aura lieu bientôt. Cela se fera probablement le 25 avril prochain à Dakar.

Les avantages de la plateforme de la CMU

En mettant en ligne une plateforme, la CMU envisage optimiser ses activités et la réalisation des opérations afférentes. Et dans cette dynamique, elle espère que ce système dûment réfléchi permettra de faire contribuer aisément tout le monde.

Ainsi, en pratique, depuis n’importe quel endroit, un sénégalais pourra se connecter sur la plateforme SUNU CMU. Il peut alors directement inscrire ses proches et ses parents dans une mutuelle de santé.

Par ailleurs, le règlement pourrait se faire par moyen de paiement classique, soit via un porte-monnaie électronique ou une carte VISA.

Aussi, selon le directeur des systèmes d’information de l’Agence de la CMU, Mouhamed Mahi Sy, cette initiative offrirait d’autres avantages. Il estime entre autre que cette solution permettra de contribuer au financement de ce programme.

En outre, sur la plateforme de la CMU, il y a une traçabilité numérique exceptionnelle. Et elle permet de savoir ce à quoi sert chaque franc que donné à la CMU.

Finalement, c’est clair que cela viendrait en appui au financement que l’Etat apporte au programme de Couverture Maladie Universelle. Et cela facilitera encore la vie des usagers sénégalais.

 

 

femmes africaines et métiers informatique technologie

TOP STORY DE FEMMES AFRICAINES QUI EMBRASSENT L’INFORMATIQUE ET LA TECHNOLOGIE

En 2019, la célébration de la femme fait nécessairement référence à sa place ou rôle dans le développement technologique. Avec CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, découvrons quelques femmes africaines qui font carrière dans le domaine technologique.

Fanta Guirassy et Saoudatou Diallo (Guinée)

Ces deux jeunes filles font partie de celle qui font la fierté des femmes africaines évoluant dans les technologies.

Excellentes dans la maintenance et la réparation des appareils électronique, elles travaillent dans une entreprise technologique. Et elles interviennent essentiellement dans les domaines de maintenance et de réparation des tablettes, téléphones portables et ordinateurs.

Aussi, il faut préciser que Fanta est diplômée en génie informatique. Quant à Saoudatou, elle jouit d’une licence en télécommunications et d’une formation en maintenance informatique.

Au final, on retiendra que ces filles ne se limitent pas à l’aspect matériel de l’informatique. Elles ont également une forte expérience en maintenance logiciel (applications et système d’exploitations).

 

Najla Al-Missalati (Lybie)

Cette Libyenne s’assimile à une véritable reine de code parmi les femmes africaines. Co-fondatrice de l’école SheCodes, elle s’active énormément dans le domaine des technologies.

Aussi, étant elle-même ingénieure de formation, avec SheCodes, elle offre aux filles l’opportunité de devenir informaticiennes et développeuses de logiciels.

Cette jeune passionnée d’informatique a réussi à gagner le soutien de l’Union européenne et d’Expertise France dans sa démarche. Cette dernière consiste à outiller les femmes afin de les inciter à la conquête de l’univers du langage informatique.

A terme, Najla Al-Missalati estime que cela leur permettra de se dégager des idées réductrices de l’émancipation les confinant à certains métiers. Et son plus grand rêve demeure de réussir à former des informaticiennes capables de concurrencer les meilleurs ingénieurs indiens.

 

Bouchra Nassir Ousselat (Tchad)

Voici l’une des rares informaticiennes du Tchad parmi les femmes africaines amoureuses de la technologie. Bouchra Nassir Ousselat demeure à ce jour l’une des femmes les plus distingués du secteur des technologies dans son pays. Aussi, passionnée de sciences, innovation et technologies, elle passe ses journées à réparer les ordinateurs et développer des applications numériques.

Par ailleurs, Bouchra Nassir Ousselat songe souvent à s’appuyer sur la technologie pour résoudre des problèmes de femmes. Et de ce fait, elle a créé une application capable d’alerter les filles sur les risques liés aux maladies sexuellement transmissibles.

Enfin, voici une liste non exhaustive de femmes africaines audacieuses qui refusent de demeurer otages des préjugés sexistes et misogynes. Bien au contraire, elles s’actives et excellent dans des métiers jusque-là considérés comme prioritairement destiné aux hommes.

 

 

AmBC un outil numérique novateur pour réduire le taux d'analphabétisme

AmBC, UN OUTIL NUMÉRIQUE POUR RÉDUIRE LE TAUX D’ANALPHABÉTISME EN COTE D’IVOIRE

L’Afrique demeure résolue à lutter contre l’analphabétisme. Et la startup Byte SARL de la Côte d’ivoire apporte de l’espoir dans ce combat.  Elle a mis au point AmBC, un mécanisme numérique pour apprendre à lire, écrire et compter aux analphabètes. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous donne plus de précisions par rapport au sujet.

Un outil de reconnaissance internationale

Inventé par la start up Byte SARL, l’AmBC se présente comme un projet innovant et numérique. Le Kit de l’AmBC se compose de smartphone et d’un cahier magique qui résiste aux intempéries. Aussi, cet outil revêt une importance considérable en tant qu’outil d’éducation. Il favorise la réduction du taux d’analphabétisme en Côte d’Ivoire. Et cela reste également avéré sur le plan international.

En effet, avec AmBC, cette startup a décroché le 1er prix mondial du Prix Joseph Umdasch pour la recherche numérique impactant. Et l’histoire retiendra qu’en 2019, Jean Philippe Kaboré (co-fondateur) et son équipe ont reçu le prix spécial du World Summit Awards.

Par ailleurs, il faut souligner qu’une lettre d’intérêt de la fondation Joseph Umdasch accompagne le prix remporté par AmBC. Cette démarche vise à promouvoir cette initiative d’alphabétisation à travers le monde entier.

Enfin, cet outil mis au point par de jeunes ivoiriens demeure un système d’alphabétisation novateur. Il permettra de réduire considérablement le nombre d’analphabètes aussi bien dans les rangs des parents que chez les jeunes. Et cela fait honneur au pays tout entier.

De gros engagements, de belles perspectives

En mettant au point AmBC, cette startup ivoirienne manifeste clairement une forte ambition de freiner l’analphabétisme. Et ce combat, elle s’engage à le remporter en misant ainsi sur le numérique.

Aussi, de son côté Joël N’guessan, président du conseil de gestion du FDFP affirme son soutien à ce projet. Selon lui, il faudrait réussir à favoriser l’utilisation de cet outil à 200.000 apprenants. Et pour ce faire, il n’a pas hésité à engager la responsabilité du FDFP. Cet engagement devrait se concrétiser par un soutien financier, didactique et matériel. A terme, la FDFP entend œuvrer pour la vulgarisation de cet outil dans tout le pays

En outre, Jean Philippe Kaboré vise loin. Il plancherait sur la mise au point d’une version mature de cet outil en vue d’en faire une application à part entière. Aussi, au fil du temps, il espère transformer le logiciel en anglais afin d’élargir son champ d’accessibilité.

Enfin, pour Joël N’guessan, la Côte d’Ivoire doit faire ce qu’il faut pour rester 1ière dans cette expertise. Et cette tendance devra se maintenir en vue d’une exportation dans la sous-région.

 

MISS GEEK AFRICA 2019

MISS GEEK AFRICA 2019, UN CONCOURS POUR L’ENTREPRENEURIAT AU FÉMININ

Le concours d’entrepreneuriat dénommé Miss Geek Africa mobilise encore plein d’attentions en 2019. Et l’édition de cette année devrait recevoir les candidates de divers pays africains. Pour mieux éclairer votre lanterne à ce sujet, CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS a fait le point sur l’essentiel à savoir.

L’historique

Le concours Miss Geek Africa a d’abord porté la dénomination « Miss Geek Rwanda » de 2014 à 2017. Ensuite, cette compétition a évolué en s’étendant à plus de 20 pays africains. Dès lors, il devient systématiquement un concours panafricain. Et cela se justifie désormais par l’appellation Miss Geek Africa.

Aussi, depuis ses débuts, l’évènement se réalise grâce aux membres de Girls in ICT Rwanda.

Pour finir, il faut rappeler qu’en 2018, Salissou Hassane Yari Latifa du Niger a remporté ce concours. Elle a donc porté jusqu’à présent la couronne de 2e Miss Geek Africa. L’édition 2019 nous dévoilera la 3e Miss de ce brillant concours.

 

Un concours technologique en faveur de la gent féminine

Miss Geek Africa s’adresse aux filles et femmes âgées de 13 à 25 ans. Lors de ce concours, les participantes soumettent des applications susceptibles de résoudre des problèmes en s’appuyant sur les innovations technologiques.

Cette année, l’évènement aura encore lieu et déjà les candidates se manifestent. Et les personnes intéressées ont jusqu’au 12 Avril 2019 pour déposer leur candidature.

Enfin, il faut préciser que ce concours technologique reste désormais ouvert aux candidates de tous les pays africains. Aussi, pour toute informations relatives à ce concours, prière se rendre à l’adresse suivante : https://www.girlsinict.rw/missgeekafrica.

 

Un double objectif

Les objectifs visés par ce concours s’apparentent aux désirs d’amener les femmes à jouer leur partition dans le développement technologique. Aussi, Miss Geek Africa permettrait de jouir d’un double avantage.

Premièrement, cela inciterait les filles et femmes africaines à résoudre des problèmes du continent en utilisant la technologie. En second lieu, cela permet d’encourager la gent féminine à faire carrière dans les STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques).

Bref, ce concours offre aux femmes l’opportunité de contribuer à relever les défis du continent en utilisant la technologie. Cela demeure un véritable levier de développement au féminin.

PASS EDU POUR LES ÉTUDIANTS DU SÉNÉGAL

PASS EDU : UN BOND DIGITAL DANS LA FORMATION DES ÉTUDIANTS DU SÉNÉGAL

Au Sénégal, le groupe Orange vient de lancer « PASS EDU ». Et cela va sans doute doper considérable l’implication du digital dans la formation des étudiants de ce pays.

A propos du « PASS EDU »

En lançant le PASS EDU, le groupe Orange s’aligne dans une dynamique claire. Il entend contribuer à la démocratisation de l’accès aux connaissances et de l’employabilité des jeunes dans le domaine des TIC.

A priori, il faudra retenir qu’il s’agit d’une offre mobile proposée à un tarif social. Et cela devrait rester accessible à l’ensemble des étudiants sénégalais.

En outre, selon Mame Penda NIANG du département marketing d’Orange, cette offre dopera certainement les intentions entrepreneuriales des étudiants.

Enfin, pour avoir accès à des cours via PASS EDU, il suffit de créer son compte. Cela donne droit à un identifiant et un mot de passe.

Avantages et Perspectives

Avec le PASS EDU, la formation des étudiants sénégalais a pris une allure plus digitale. Et cela offre de multiples avantages.

Premièrement, ils pourront facilement accéder à des contenus de formation développés par l’UVS et d’autres acteurs de l’enseignement en ligne. En second lieu, les étudiants pourront désormais suivre leurs enseignements au sein du réseau national des espaces numériques ouverts.

En plus, c’est clair que cette offre contribuera à booster nettement la formation des étudiants en misant sur le digital.

Par ailleurs, cela permettrait aux étudiants d’effectuer des stages et d’apprendre le codage avec la Sonatel Academy. Et cela se fera dans les « Espaces Numériques Ouvert » avec l’opérateur Orange.

En outre, avec les atouts du PASS EDU, le Sénégal peut espérer une belle avancée en matière de formation. De toute évidence, cela aidera bien de jeunes et de professionnels à davantage évoluer dans les métiers du digital.

Finalement, il ne reste plus qu’à espérer que cette offre s’étende également aux autres universités. Cela renforcera davantage les initiatives entreprises par le Sénégal en faveur de l’accessibilité et l’inclusion numérique.

 

 

SIDO 2019 UNE GRANDE MESSE TECHNOLOGIQUE EN EUROPE

SIDO 2019 : TOUT SUR L’ESSENTIEL A SAVOIR…

Le Showroom de l’Internet des Objets (SIDO) reste un évènement phare de l’industrie des nouvelles technologies. Et l’édition 2019 aura tout d’un grand salon européen des nouvelles technologies et se déroulera les 10 et 11 Avril. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous livre les informations essentielles.

 

·       QUI ?

A priori, le SIDO 2019 réunira des exposants, des conférenciers et un grand nombre de visiteurs. Aussi, ce grand salon technologique européen rassemble chaque année des milliers d’acteurs de l’industrie IoT. Donc, pour cette édition, il faut s’attendre à plus de 10 000 visiteurs, 450 exposants, et plus de 80 conférences.

En plus, il faut préciser que 42 start-ups feront part belle de ce rendez-vous. Sélectionnées pour l’occasion, elles présenteront leurs projets innovants autour des principaux thèmes du salon.

Par ailleurs, plusieurs géants de la technologie prendront part à cette grande messe. Dans ce lot figureront essentiellement des grands comme Microsoft, Orange, IBM, SNCF et NVIDIA.

Bref, c’est clair que de très nombreuses sociétés européennes et internationales spécialisées dans les nouvelles technologies marqueront leur présence.

 

·       QUOI ?

Comme les années précédentes, le SIDO 2019 portera principalement sur l’Internet des Objets, l’intelligence artificielle et la robotique.

Et spécialement pour cette année, l’évènement s’articulera autour de 6 grands axes. Il s’agira de Santé, Transport, Energie, Agriculture, Industrie et Smart City.

En outre, cet évènement technologique s’accompagnera de différentes activités. Donc, les participants pourront assister à une plénière. Certains prendront part à un hackathon. Il s’agira d’une compétition de développement de projets et d’idées orientées NTIC.

Pour finir, outre les conférences, il y aura une journée des Intégrateurs. A cette occasion, des participants pourront échanger et créer des liens.

 

·       OBJECTIFS ?

Le SIDO 2019 va permettre d’aborder une variété de thématiques relatives aux nouvelles technologies.

Ainsi, en plénière le sujet “Géopolitique et économie de l’IoT, l’IA et la Robotique” va alimenter les débats. Et cela se fera en présence de M. le député Bruno Bonnel, créateur et co-créateur d’Infogrames, Infonie, Robopolis et AWAbot.

Aussi, l’évènement SIDO de 2019 vise à faire découvrir des créations originales et des solutions innovantes en matière de technologie.

Enfin, cette messe technologique permettra de rapprocher donneurs d’ordres, investisseurs et fournisseurs de produits et services liés aux nouvelles technologies.

prisonniers et codage ou développement informatique

PRISONNIERS EN ANGLETERRE : RÉINSERTION SOCIALE PAR LE DÉVELOPPEMENT INFORMATIQUE

Au pays de Shakespeare, le codage ou développement informatique s’illustre en véritable outil d’aide à la réinsertion sociale des prisonniers. Et cela devient possible grâce à un programme gouvernemental.

 

Un nouveau programme en faveur des prisonniers

Une nouvelle porte de sortie s’ouvre devant les prisonniers anglais. En effet, certains d’entre eux auront désormais la possibilité d’apprendre le développement informatique pour se préparer au monde du travail.

Aussi, ce programme reste destiné à des prisonniers détenus « soigneusement sélectionnés ». Et le but visé reste d’offrir aux prisonniers une occasion d’avoir des compétences utiles pour occuper un emploi.

Enfin, ce programme reste un parfait modèle d’aide à la réinsertion sociale surtout aujourd’hui avec le développement numérique. Et selon un article de BBC News, ce projet s’aligne dans la dynamique d’amélioration des compétences numériques des personnes issues de groupes défavorisés.

 

Le codage informatique pour limiter les récidives

Cette décision d’initier les ex-prisonniers anglais au développement informatique découle d’une décision du gouvernement britannique.

En fait, au Royaume-Uni, les récidives demeurent assez récurrentes. Et selon des chiffres fiables, cela coûteraient environ 15 milliards de livres sterling (19,69 milliards de dollars) au gouvernement.

Selon les autorités, ce nouveau programme permettrait aux bénéficiaires de se réinsérer facilement dans le tissu social.

Au final, la démarche devrait aboutir à une limitation considérable des récidives.

Le déroulement du programme

Ce nouveau programme d’aide à la réinsertion des prisonniers va se réaliser dans deux prisons du pays.

Donc, des prisonniers de Humber et Holme House, dans le comté de Durham pourront recevoir des cours de codage. A priori, ces cours seront dirigés par des bénévoles et des experts de l’industrie informatique.

Ensuite, un centre d’emploi à Sheffield leur fournira une aide et une formation supplémentaires à la sortie de prison.

Tout compte fait, ces prisonniers ainsi formés au codage constitueront un réseau d’ateliers de codage dans les prisons du Royaume-Uni. Et ceux pour qui les essais s’avèreraient concluants pourront travailler finalement sur des projets concrets avec des clients externes.

snapchat vers une plateforme de jeux vidéo

SNAPCHAT : VERS UNE PLATEFORME DE JEUX VIDÉO

L’application Snapchat s’intéresserait à l’univers des jeux vidéo. Et cela pourrait se confirmer très prochainement lors d’un de ses grands évènements le 4 avril 2019.

 

Bientôt un éventuel lancement…

Un récent rapport de Cheddar souligne que Snapchat aurait l’intention de lancer dans le jeu vidéo en streaming.

En fait, cette application populaire plancherait en interne sur une initiative baptisée « Projet Cognac ». Et ledit projet consisterait à proposer des jeux vidéo directement dans l’application Snapchat.

Aussi, le 4 avril prochain, la société organisera le Snap Partner Summit à Los Angeles. Et cette occasion pourrait faire office de cadre d’officialisation de ce nouveau service.

Tout compte fait, en visant ce secteur, Snapchat devrait cibler une jeune audience. Pour ce faire, il compte lancer une plateforme de mini-jeux.

 

 

Des actions posées au préalable…

Pour conforter sa démarche et augmenter les chances de réussir son projet de jeux vidéo, Snap Inc. a mené plusieurs actions.

Et dans cette dynamique, elle a acquis le studio de jeu australien ‘’Prettygreat’’ pour 8,6 millions de dollars.

Par ailleurs, il faut rappeler que Tencent qui possède Riot Games et League of Legends détient également 12% de Snapchat. Cela justifie un peu cette tendance de Snapchat à s’orienter vers le domaine des jeux vidéo.

Enfin, il ne faut surtout pas mettre la charrue devant les bœufs. Pour l’instant, il ne s’agit que de rumeurs.

 

 

Un marché très concurrentiel

Snapchat ne serait pas le seul petit nouveau qui aspire à des parts de marché dans l’univers des jeux vidéo.

En fait, le géant Apple manifeste déjà un fort intérêt pour le secteur. Aussi, avec son service Apple TV+, elle compte bien s’imposer à sa façon.

En plus, Snap Inc. va devoir fournir d’importants efforts pour s’offrir une part du marché déjà dominé par des géants. Dans ce lot de géants, on citera par exemple Electronic Arts, Ubisoft, Microsoft, Google et même Amazon.

Finalement, de toute évidence le marché des jeux vidéo reste ouvert mais très concurrentiel. Donc, il reste à savoir si Snapchat pourra faire le poids.

 

Apple TV+, nouveau service de streaming vidéo chez Apple

Apple TV+ SE CONFIRME ET SE POSITIONNE DANS LE STREAMING VIDÉO

Aujourd’hui, l’arrivée d’Apple TV+ sur le marché du streaming vidéo sort du cadre des promesses ou des rumeurs. La marque a confirmé sa vision de se faire une place dans le service de streaming vidéo. Et sa position pourrait secouer un peu les géants actuels du domaine.

 

 

Apple TV+, la confirmation…

Il y a déjà quelques semaines que la marque à la pomme avait lancé une annonce relative à un nouveau service.

En effet, il projetait de proposer des films et séries télévisées en flux continu sur Internet. Et la date du 25 mars lui a permis de tenir une conférence de presse sur le sujet.

Au terme de ladite conférence, il n’y avait plus aucun doute. Apple se lance assurément dans le service de streaming vidéo. Donc, le constructeur propose un service d’abonnement à des contenus vidéos de tout genre (séries, films et documentaires).

Aussi, tous les programmes resteront accessibles en ligne et pourront être téléchargés et lisibles sans connexion, sans publicité.

Au final, les utilisateurs peuvent s’attendre à des programmes payant avec des productions à la fois originales et particulièrement intéressantes.

 

 

Une forte position …

Pour bien de connaisseurs, l’Apple TV+ pourrait très vite avoir la cote. Et cela se justifie par le soutien des célébrités comme Oprah Winfrey, Steven Spielberg, Octavia Spencer, J.J. Abrams ou Jon M. Chu.

En effet, les utilisateurs d’Apple TV+ pourront aisément jouir des productions de grands maîtres du cinéma et de la télévision.

Aussi, le service d’Apple TV+ reste compatible avec tous les appareils capables de faire tourner l’application. Donc, les utilisateurs d’iPhone, iPad, Mac et téléviseurs connectés pourront en profiter. En plus, ce service streaming vidéo s’étendra également aux plateformes Amazon Fire TV, LG, Roku, Sony et VIZIO.

Par ailleurs, il faut reconnaitre que l’arrivée d’Apple TV+ pourrait bousculer des géants du domaine comme Netflix et Amazon Prime.

Enfin, on se rendra à l’évidence que la marque à la pomme s’annonce déjà un sérieux concurrent sur ce marché.