Astuces et conseils pour choisir un mot de passe sécurisé en 2019

MOTS DE PASSE ULTRA-SECURISES : CONSEILS POUR BIEN CHOISIR EN 2019

Les mots de passe sont devenus des moyens régulièrement exploités par les pirates informatiques. En ce début d’année, il est donc crucial de choisir adéquatement vos mots de passe. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous livre quelques conseils qui vous permettront d’avoir des mots de passe ultra-sécurisés en 2019.

 

1-    La longueur des mots de passe

Plus votre mot de passe sera long, plus les hackers auront du mal à le décrypter. Alors, n’hésitez pas à aller jusqu’à 10 caractères. Aussi, rassurez-vous la plupart des services en ligne permettent d’avoir 12 caractères et même plus dans certains cas.

2-    La variété des caractères

Faites-vous plaisir en variant les caractères de votre mot de passe. Donc, faite un mélange de minuscules, majuscules, lettres avec accent, caractères spéciaux et symboles. Bref, vous préparez ainsi un véritable casse-tête chinois aux éventuels hackers.

3-    Le style inventif

Surtout évitez d’utiliser des mots du dictionnaire, des dates importantes pour vous ou des appellations connus de votre entourage. Au contraire, soyez très créatif. C’est-à-dire que votre mot de passe doit sortir de l’ordinaire ou être une pure composition originale et personnelle. Enfin, rappelez-vous que lorsque votre mot de passe ne veut rien dire de connu, c’est alors qu’il est sécurisé.

4-    Le « Leet speak » personnalisé

Amusez-vous avec le langage leet speak. A priori, en langage leet speak, le mot « Magic » s’écrirait |v| 4 6 1 (. Cependant, dans le souci d’avoir un mot de passe simple et facile à mémoriser, vous pourrez choisir ‘M0j1K’. Au final, plus votre mot de passe est codé, mieux vous sentirez-vous en sécurité.

5-    L’art des bonnes combinaisons

Pour renforcer votre mot de passe, vous pouvez décider de le composer en associant deux ou trois mots. A priori, ces mots doivent être sans aucun rapport. Aussi, veillez à ce que l’association des mots soit fait dans un souci de rétention mnémonique. Ainsi, il sera facile à retenir.

Voici quelques astuces clés que vous pourrez utiliser en 2019 pour décourager efficacement les pirates informatiques.

 

Article de CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCÈS INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER

La Côte d'ivoire évolue bien avec l'internet par satellite. Et cen grâce à Konnect Africa.

LA COTE D’IVOIRE AVANCE AVEC L’INTERNET PAR SATELLITE

La connexion internet par satellite gagne du terrain en Côte d’ivoire. Et cela est possible grâce à « KonnectAfrica », une initiative de l’opérateur de satellites Eutelsat. Ce dernier ambitionne de couvrir tout le pays avec un accès internet fiable par satellite.

 

Un nouveau fournisseur d’accès internet, une nouvelle offre

Le mardi 15 janvier 2019, l’opérateur de satellites Eutelsat a réuni les hommes de presse de la Côte d’ivoire. Cette conférence de presse s’est tenue à la salle Balafon du Sofitel hôtel Ivoire. Et pour ce nouvel opérateur ivoirien, c’était l’occasion de dévoiler ses nouvelles offres d’accès internet.

En effet, grâce à son initiative « KonnectAfrica », Eutelsat veut se démarquer parmi les fournisseurs d’accès internet ivoirien. Ainsi, il compte bien offrir aux populations ivoiriennes un accès Internet par satellite de haut débit.

Aussi, dans cette dynamique, l’opérateur propose essentiellement huit offres d’accès à Internet. Selon Jean-Claude Tshipama, directeur général de KonnectAfrica, ces offres sont comprises entre 5 Go et 30 Go de données.

En outre, il faut reconnaitre que la technologie satellitaire pour l’Internet haut débit est plus qu’une nouvelle offre. Elle peut être vue comme la réponse idoine pour une couverture numérique efficiente en Côte d’Ivoire.

Finalement, l’arrivée de ce nouvel opérateur avec la technologie satellitaire restera une très bonne nouvelle. Cela va davantage combler le manque de connectivité longtemps constaté dans de nombreuses zones blanches de Côte d’ivoire.

 

 Vers une couverture totale avec l’internet par satellite avec KonnectAfrica

 

Pour Eutelsat, les intentions sont claires et les actions ne vont certainement pas tarder à se réaliser.

En fait, ce nouvel opérateur a l’ambition de couvrir tout le pays à travers un accès par satellite. Et selon ses dirigeants, cela serait possible d’ici un an. Aussi, pour renchérir, Béatrice Beau (Eutelsat) a apporté une précision. Elle affirme : « Notre offre adresse 100% de la population. Autant dans les villes que dans les villages ».

En outre, il faut préciser que l’opérateur revendique une couverture actuelle estimée à près de 60% du territoire ivoirien.

Par ailleurs, ces nouvelles intentions d’Eutelsat s’inscrivent dans une véritable volonté de booster l’accès internet en Côte d’ivoire.  Et ce n’est pas tout.

En effet, avec « KonnectAfrica », Eutelsat vise trois principaux objectifs qui sont :

  • Rendre possible l’accès Internet haut débit partout en Côte d’ivoire même en zone blanche ;
  • Réduire la fracture numérique en Afrique en général, en Côte d’Ivoire plus particulièrement ;
  • Accompagner le développement économique de la Côte d’Ivoire.

Ce dernier point reste capital car avec l’internet par satellite partout en Côte d’ivoire, plusieurs secteurs fonctionneront mieux. A priori, les télécoms, la technologie, l’éducation, les transferts d’argent ou l’audiovisuel sont des secteurs qui en profiteront nettement.

Bref, la solution internet via KonnectAfrica offre aux ivoiriens  de l’internet haut débit de qualité à des tarifs compétitifs. C’est clair que cela va stimuler de grandes avancées dans les activités économiques de la Côte d’ivoire.

Au Sénégal, trois écoles africaines pour la formation en cybersécurité

SE FORMER EN CYBERSÉCURITÉ : SÉNÉGAL, UNE DESTINATION IDÉALE POUR LES AFRICAINS

La cybersécurité comme l’informatique est un sujet d’ordre majeur pour l’Etat sénégalais. Aussi, au pays de la Téranga de multiples efforts engagés permettent d’offrir des programmes de formation en sécurité informatique. Aujourd’hui en 2019, le Sénégal compte plusieurs écoles qui forment en cybercriminalité. Découvrons !

 

ENVR (Ecole Nationale en Cybersécurité à Vocation Régionale)

Ouvert à Dakar depuis novembre 2018, l’école Nationale en Cybersécurité à Vocation Régionale reste une référence africaine.

En effet, il s’agit d’un des rares centres créé en Afrique pour former les africains à la cybersécurité.

A priori, l’ENVR propose de nombreux programmes de formation domaines liés à la cybersécurité. Les trois principales offres de formations sont : lutte contre le piratage informatique, criminalité dans l’espace numérique et terrorisme.

Aussi, l’ENVR reste essentiellement ouvert à tous les sénégalais (policiers, militaires ou civils). Toutefois, cet établissement accueille aussi des étudiants en provenance de la sous-région.

Finalement, précisons qu’en Afrique de 2019, l’ENVR est l’une des solutions idoines pour se faire former en cybersécurité.

 

 

IPROSI (Institut Professionnel pour la Sécurité Informatique)

Au Sénégal, l’Institut Professionnel pour la Sécurité Informatique (IPROSI) forme des cracs en sécurité informatique. Créé le 05 octobre 2015, cet institut d’enseignement supérieur privé a organisé de nombreux séminaires de formation en cybersécurité. Même des fonctionnaires de la police nationale sénégalaise ont suivi des formations avec les experts d’IPROSI.

Par ailleurs, ce centre contribue activement à la formation des experts IT en Afrique. Aussi, IPROSI ne ménage aucun effort pour former de grands techniciens et professionnels en sécurité et réseaux informatiques.

En outre, notons qu’au Sénégal et dans la sous-région, IPROSI reste une école de formation de premier choix.

Après tout, en 2019, il reste l’un des meilleurs établissements privés spécialisé dans l’enseignement de la sécurité informatique.

 

 

EPITA Dakar

Grande école d’ingénieurs en informatique, EPITA Dakar est une école de référence pour les ingénieurs africains du numérique.

Aussi, cette grande école du Sénégal propose des formations en technologies numériques. Et des jeunes étudiants peuvent s’y faire former dans de nombreux domaines dont la cybersécurité.

En effet, outre la cybersécurité, EPITA Dakar forme en Développement logiciel, Systèmes d’Information, Internet des Objets et autres…

Donc, voici quelques écoles dont l’existence révèle le fort engagement du gouvernement sénégalais dans la lutte contre la cybercriminalité.

Bref, désormais grâce au Sénégal, des experts africains en prévention et répression de la cybercriminalité peuvent être formés.

 

 

Article de CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCÈS INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER

Plusieurs pays africains possedent différent centre d'excellence

CENTRE D’EXCELLENCE DANS LES TIC EN AFRIQUE

Les CEA ou Centre d’Excellence Africain marquent de plus en plus le paysage éducatif des pays d’Afrique. Aussi, certains CEA offrent déjà des formations dans le secteur TIC. Avec CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, découvrez quelques Centres d’Excellences qui sont de véritables greniers de talents africains du numérique.

 

CEA-MITIC (SENEGAL)

Ce centre d’excellence est basé à l’UFR de Sciences Appliquées et de Technologie de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Aussi, les offres de formations qui y sont disponibles sont orientées mathématiques, informatique et TIC.

A priori, il se présente comme un consortium. En effet, le CEA-MITIC regroupe essentiellement des établissements universitaires du Sénégal. Toutefois, ce n’est pas tout.

Parmi les personnes admises au CEA-MITIC, il y a également :

  • Des étudiants issues d’établissements universitaires de la sous-région
  • Des personnes en provenance d’institutions de recherche et d’entreprises nationales, régionales et internationales

Par ailleurs, il faut préciser que CEA-MITIC rattache prioritairement sa vocation aux TIC. Ainsi, ce CEA permet de mettre à disposition des étudiants africains, un cadre de formation numérique adéquat. Bref, au CEA-MITIC, accéder à des Laboratoires d’informatique, d’électronique et de télécommunications de haut niveau est possible.

 

CETIC (CAMEROUN)

CETIC signifie Centre d’Excellence Africain en Technologies de l’Information et de la Communication. A priori, il s’agit d’un centre de formation et de recherche camerounais orienté vers les TIC. Basé dans l’Université de Yaoundé, le CETIC développe des programmes innovants dans le secteur. Aussi, sa présence et ses activités influencent très positivement la vie numérique au Cameroun.

Ainsi, le CETIC permet de :

  • Satisfaire la demande du marché en expertise dans le domaine des TIC.
  • Soutenir la production de services électroniques à haute valeur ajoutée

Par ailleurs, le CETIC travaille en réseau avec des institutions partenaires et de nombreux associées d’Afrique et d’ailleurs. En plus, ce centre regroupe étudiants, enseignants, professionnels et autres acteurs académiques du Cameroun et de l’étranger.

Enfin, ce centre d’excellence du Cameroun continue d’offrir des programmes de formation et de recherche en TIC. Et cela ira croissant afin de préparer les cracs africains qui deviendront des leaders du secteur.

AITI KACE (GHANA)

Le centre d’excellence en TIC Kofi Annan Ghana – Inde (AITI KACE) est un cadre idéal de formations aux TIC. Les étudiants y ont la possibilité de se former aux métiers des nouvelles technologies.

Aussi, AITI KACE est un centre de recherche de classe mondiale. A priori, il met l’accent sur des produits et des services innovants étroitement liés au numérique. Et cela se fait toujours en visant le progrès individuel et institutionnel.

En outre, ce centre d’excellence s’assure de coordonner et superviser au Ghana un système TIC assez productif et compétitif.

Par ailleurs, ce centre d’excellence aurait bénéficié d’un don d’une valeur d’un million de dollars. Un don qui sera essentiellement utiliser pour financer les formations aux métiers du domaine des nouvelles technologies. Donc, c’est clair que AITI KACE contribue considérablement à la vulgarisation des TIC au Ghana et dans la sous-région.

Enfin, il faut noter qu’en Afrique, plusieurs autres pays ont également hébergé des centres d’excellence. Il s’agit des pays comme Maroc, Côte d’Ivoire, Bénin, Burkina Faso, Gambie, Nigéria et Sénégal.

 

Article de CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCES INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER

Ordinateur portable : quelle bonne configuration pour les professionnels ?

Les DSI sélectionnent généralement les ordinateurs ou postes de travail des salariés de manière raisonnable, à faible coût. Les ordinateurs sont souvent considérés comme un coût à supporter, et moins il est élevé, mieux c’est. Mais selon une étude de Forrester, 36% des employés estiment que la DSI ne fournit pas les appareils dont ils ont besoin pour être productifs.

Si à l’origine l’ordinateur portable a été pensé pour les professionnels, il est aujourd’hui décliné pour le grand public et même pour les gamers. Pour autant, les professionnels ont toujours besoin d’une configuration spécifique, avec notamment les éléments suivants :

L’écran tactile

Lancé avec Windows 8 et amélioré avec Windows 10, l’écran tactile est redoutablement efficace en situation de mobilité, surtout s’il est intégré à un écran pivot. Un clavier garde certes son utilité pour saisir des données, mais la capacité à désigner et toucher simplement et directement un écran fait gagner en productivité.

Le disque SSD

Un SSD est presque en tout point supérieur à un modèle mécanique (débit, latence, consommation électrique). Mais pour les professionnels, c’est surtout sa robustesse qui est un véritable atout. En effet, un disque dur « classique » implique l’interaction mécanique entre éléments de stockage (les plateaux) et éléments d’accès (les têtes de lecture / écriture).

De ce fait, des chocs même légers peuvent entraîner des égratignures de la surface magnétique, ou une détérioration des éléments d’accès, avec des pertes de données, parfois définitives. Les SSD sont dépourvus d’éléments mobiles, leur résistance est bien supérieure.

La batterie

En situation de mobilité, l’autonomie est le nerf de la guerre. Une batterie très capacitive bénéficiant d’une recharge express est un must. Parmi les modèles actuels les plus performants, on trouve les portables Dell XPS 13 avec plus de 22 heures d’autonomie, le Lenovo ThinkPad X1 Carbon et le Lenovo Yoga 920 avec près de 16h. Il existe également des chargeurs de secours de grande capacité, comme le MAXOAK 6 ports(5/12/20V) avec une capacité de 50000 mAh/185Wh.

Le processeur

Un manque de puissance signifie une baisse de productivité. Les processeurs Intel Core i5 et i7 de dernières générations sont des bêtes de courses, et synonymes de hautes performances. On trouve d’ailleurs des professionnels qui s’équipent de portables de gamers (comme Diota, le spécialise de la réalité augmentée industrielle), car ils sont équipés des composants les plus hauts de gammes.

A ce petit jeu, le portable MSI GT83VR Titan est la référence du moment en embarquant un processeur de classe H. Normalement les ordinateurs portables n’intègrent que de processeurs “basse consommation” de classe U. La classe H intègre des puces plus performantes, avec un nombre de cœurs plus élevés. Le Core i7-8850H abrite ainsi 6 cœurs et dispose de l’Hyper-threading permettant de doubler le nombre de threads utilisables par le système.

Le poids

Voici un élément à ne pas négliger lorsqu’on se balade toute la journée avec un ordinateur portable. Pour abaisser le poids, les constructeurs utilisent des matériaux spécifiques sur leurs machines haut de gamme. Ils utilisent des matériaux comme la fibre de carbone, légère et résistante. Le portable Dell Latitude 7390 2-en-1 par exemple est constitué de fibre de carbone recyclée. Le Swift 5 (SF515-51T) d’Acer possède quant à lui des dimensions et un poids défiant toute concurrence. Avec seulement 1,59 cm d’épaisseur pour 990 grammes, il détient le record de légèreté. Lenovo commercialise de son côté le ThinkPad X1 Carbon également intéressant.

La sécurité

Un ordinateur portable a usage professionnel contient des données de l’entreprise. Il est donc nécessaire qu’il soit sécurisé au mieux. L’EliteBook x360 par exemple est accompagné d’un pack complet d’outils de sécurité.Il  garantit l’intégrité du bios de la machine. Il propose une fonction de protection contre les piratages visuels. Cette fonction brouille la vue périphérique sur l’écran et a une partie stockage cryptée.

Les ordinateurs professionnels Dell proposent également le chiffrement et une authentification. Ces deux éléments comprennent un lecteur d’empreintes digitales facultatif et une prévention avancée des programmes malveillants.

Article de ZDNET publié par CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCES INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER

UNIVERSITES VIRTUELLES EN AFRIQUE

Les universités virtuelles n’ont rien de nouveau pour les pays développés. Cependant, dans les pays africains la tendance prend progressivement de l’ampleur durant ces dernières années. Déjà certaines universités virtuelles d’Afrique proposent des contenus ouverts à tous et accessibles gratuitement. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous fait découvrir quelques universités virtuelles du continent noir.

 

Université virtuelle de Côte d’Ivoire (UVCI)

Créé en 2015, l’UVCI est une Université publique ivoirienne d’enseignement à distance orientée vers le numérique éducatif. Aussi, situé à Abidjan, cette université virtuelle vise à pallier le déficit de l’enseignement universitaire en Côte-d’Ivoire.

A priori, l’Université virtuelle de Côte d’Ivoire est constitué d’une équipe enseignante d’éminents professeurs. Et ces derniers se mobilisent pour mettre en place des formations en ligne ouverte à tous (MOOCs).

Par ailleurs, à partir de 2019, les étudiants de l’UVCI ont la possibilité de jouir d’une plateforme de Moocs. Sur ladite plateforme, les étudiants peuvent déjà accéder à 9 cours en ligne. Ces cours portent sur des thématiques comme les eaux, la bio-informatique ou les nouveaux médias.

Aussi, aujourd’hui UVCI jouit de multiples partenariats avec des entreprises informatiques comme CISCO ; Microsoft ; Mediasoft-Lafayette et Orange CI.

Finalement, grâce à ces partenaires, cette université virtuelle offre aux étudiants des certifications professionnelles de haut niveau. Et cela est effectif pour des spécialités comme Réseaux et Sécurités Informatiques, communication digitale, Multimédia et Arts Numériques etc.

Université virtuelle du Sénégal (UVS)

L’UVS fut créée Septembre 2013 sur initiative de son Excellence, Monsieur Macky Sall. Pour le gouvernement sénégalais, l’UVS permet de changer le visage de l’enseignement supérieur au Sénégal.

En fait, il s’agit d’une université publique essentiellement axée sur le numérique. C’est-à-dire que l’enseignement de cette université repose sur un modèle pédagogique innovant basé sur les TIC.

Aussi, l’Université virtuelle du Sénégal délivre via les TIC, des formations particulièrement adaptées aux besoins des apprenants. Et tous les étudiants sont soumis au système LMD (Licence – Master – Doctorat.

Par ailleurs, les étudiants inscrits à l’UVS peuvent se réjouir. Récemment, le groupe Orange y a intégré à son offre de e-learning.

Au final, l’UVS reste une plateforme d’enseignement qui propose une formation diplômante et certifiante de qualité. Pour preuve, en fin 2018, elle comptait plus de 27 000 étudiants.

L’université Virtuelle de Tunis (UVT)

Créé en janvier 2002, l’UVT est un établissement tunisien public à caractère scientifique et technologique. Elle a pour but de développer des cours et des programmes universitaires d’enseignement en ligne pour les universités tunisiennes.

Aujourd’hui, l’université Virtuelle de Tunis offre des programmes de formations dans de nombreux domaines.

Il y a des formations continues, des formations académiques, des certifications et des MOOCs.

En outre, l’UVT profite non seulement aux étudiants mais également aux formateurs. En effet, elle offre chaque année différents cycles de formation de formateurs. Ceux-ci ont alors la possibilité d’apprendre à concevoir efficacement des formations en ligne.

Enfin, il demeure évident que cette liste n’est pas exhaustive. Il y a bien d’autres pays qui ont une université virtuelle au niveau national.

Article publié par CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCES INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER

CLOUD : DES INTÉRÊTS PRATIQUES POUR LES ENTREPRISES

Depuis plusieurs années, de nombreuses entreprises ne cessent de migrer vers le Cloud ou de recourir au Datacenter. Pour les chefs d’entreprises avertis, c’est une option particulièrement avantageuse. Toutefois, il y a encore bon nombre de responsables de société qui ignorent les atouts qu’offre le recours au Cloud. Découvrons-en quelques-uns ici.

 

CLOUD : Des infrastructures informatiques locales plus simples

Choisir le Cloud revient à opter pour des services d’hébergement de vos données chez un tiers. A priori, cela permet à votre entreprise de ne pas s’encombrer avec plus de matériel IT à gérer.

CLOUD : Des réductions de coûts, dépenses et/ou investissements

Que vous en ayez conscience ou non, il permet de jouir des services d’un tiers qui propose plusieurs garanties. Ce tiers s’assure d’une mise à disposition de l’architecture informatique distant nécessaire à la gestion de vos données. Il s’occupe lui-même de la gestion des machines et veille à l’entretien de l’environnement informatique ainsi sollicité. Donc, cela évite à votre entreprise d’investir davantage dans un matériel IT et de s’épargner un coût humain supplémentaire.

CLOUD : Un accès facile et permanent aux données

Toutes les entreprises ont généralement un taux d’informations relativement colossale à sauvegarder. Au bout d’un moment, les données viennent à être stockées de façon éparse sur différents matériels de stockage. Ce type de situation se corrige aisément en optant pour le Cloud. Ainsi, les nombreuses données de votre entreprise sont centralisées dans un seul espace de stockage. Aussi, vous pouvez y avoir accès à tout moment, sur tout support et sans recourir à un VPN.

CLOUD : La sécurité des données

A priori, l’option Cloud offre un très haut niveau de sécurité des données. Cela se matérialise par le chiffrement des données, la surveillance logicielle et la sécurisation des lieux de stockage (datacenters).

Bref, il optimise votre efficacité, dope votre performance, augmente votre productivité et réduit vos coûts.

Voici autant d’avantages dont jouissent les structures qui font recours à ce service.

Il faut rappeler qu’au Togo, les entreprises peuvent jouir de ces mêmes avantages.

Article publié par CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, FOURNISSEUR D’ACCES INTERNET AU TOGO

CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE MÉTIER

NUMÉRIQUE : TOP NEWS DES FORMATIONS AU TOGO EN 2018

NUMÉRIQUE : TOP NEWS DES FORMATIONS AU TOGO EN 2018

L’année 2018, reste pour bon nombre une année charnière dans la vie numérique au Togo. Aussi, plusieurs actions entreprises dans ce sens ont donné du tonus au rythme des formations dans le domaine. CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS présente une vue panoramique des principales formations qui ont enrichi la vie numérique des togolais.

« Vœux présidentiels 2018 »

Pour l’année 2018, le Président Faure Gnassingbé n’a pas caché ses ambitions fortes liées au développement numérique du Togo. Ainsi, dans ses vœux de Nouvel An, il a fait une grande déclaration favorable au numérique togolais. Le 3 janvier 2018, il a annoncé que le Togo projette de créer un institut de formation du numérique. Selon le N°1 togolais, cet institut devra permettre de renforcer la formation professionnelle des jeunes dans les TIC.

 

« Cours Openclassrooms »

Depuis février 2018, l’Agence nationale pour l’emploi du Togo (ANPE) a la possibilité d’offrir des formations Openclassrooms. Cette offre devra surtout profiter aux chercheurs d’emploi. En effet, cette opportunité découle du partenariat récemment signé entre le Groupe Orange Afrique et Openclassrooms. Aussi, ladite alliance vise à développer des formations de 3 à 18 mois dans les métiers du numérique. Par ailleurs, le Togo n’est pas le seul pays à bénéficier de cette proposition axée sur le réseau internet. Les agences pour l’emploi du Bénin, du Maroc et de la Tunisie figurent également au rang des bénéficiaires. Enfin, cet accord permettra d’accéder à des cursus diplômants reconnues par la France et de développer l’initiation au numérique.

 

« Atelier de formation d’experts »

Le 12 février 2018, un atelier de formation a rassemblé des experts togolais du secteur numérique. Ainsi, réunis au Campus Numérique Francophone (CNF) de Lomé, ces spécialistes étaient issus des instituts de formation du Togo. Aussi, ledit atelier portait essentiellement sur l’usage des TIC et la production des modules intégrant ces technologies. Enfin, les objectifs de cette formation peuvent se regrouper en deux volets. Il s’agissait d’améliorer la qualité de l’enseignement des TIC et booster la maitrise des technologies à des fins pédagogiques.

 

« Atelier technique sur la transformation numérique au Togo »

Du 26 au 28 février 2018, le Togo a bénéficié d’une série d’ateliers techniques sur la transformation numérique. Spécialement, ces ateliers étaient organisés par le Bureau Régional Afrique de l’Ouest de l’Organisation Internationale de la Francophonie (BRAO-OIF). Aussi, pour animer ces rencontres, experts de EDS TELECOM &CONSULTING et spécialistes du marocain CACIOPEE se sont mobilisés. En bref, ce programme vise à assurer et accompagner la transformation numérique de l’administration publique togolaise. Et cela devra aboutir à la proposition de solutions innovantes adaptées aux réalités locales.

« Female Tech Camp 2018 au Togo »

Ce programme annuel de l’association Éducation Citoyenne et Changement (E2C Togo) est un camp technologique pour la gente féminine. Aussi, favorisant l’inclusion numérique des femmes et jeunes filles, ce camp technologique réduit l’écart hommes-femmes dans le secteur. Donc, les togolaises étaient nombreuses à suivre 4 jours de formations sur les TIC, l’e-commerce et les transactions électroniques.

 

« Jeune fille et numérique au Togo »

Le 21 Avril 2018 à l’amphi théâtre du Lycée technique d’Adidogomé, des jeunes filles ont été formées et sensibilisées. En fait, cette initiative de Ghiyada Africa et Spark Group and Services vise à promouvoir la jeune fille dans les TIC. Aussi, un autre objectif de cette action est d’augmenter l’intérêt de la gente féminine aux métiers des TIC. Toutefois, les filles n’étaient pas les seules à profiter de l’action. En général, c’était l’occasion d’amener des jeunes lycéens à davantage prendre conscience des possibilités professionnelles offertes par les TIC.

« Séminaire de restitution »

En novembre 2018, le Togo a abrité un séminaire de restitution relative au numérique présidée par Cina Lawson. A priori, ce séminaire visait la mise en œuvre des modules de formations spécialisées en TIC. Aussi, pour la ministre, les 2 jours de séminaire apporteront certainement un grand bénéfice au numérique togolais. A l’évidence, ce séminaire aura permis de faire la lumière sur les métiers liés aux TIC.

« E-LEARNING et formation »

En 2018, certains centres de formations et/ou université se sont lancés dans le E-learning. Ainsi, le cas de l’Ecole Supérieure de Gestion, d’Informatique et des Sciences (ESGIS) reste assez illustratif. Désormais, cette prestigieuse école offre aux étudiants une plateforme de formation à distance dénommée “ESGIS 3A ONLINE”. De cette façon, grâce au numérique, la formation via e-learning au Togo s’améliore. Enfin, avec ESGIS, chaque étudiant peut se former dans le domaine souhaité, où qu’ils soient et à tout moment.

« Web Academy »

En septembre 2018, l’Institut polytechnique Défitech a lancé sa WEB ACADEMY. Ainsi, pour cet institut, l’objectif visé est d’offrir des formations digitales orientées Web. Et ce, en mettant tout en œuvre pour former de vrais passionnés du TIC. Pour ce faire, Défitech propose un package de formation orienté Web (réalisateur web, développeur web, webdesigner, community manager etc).

Voici quelques formations qui ont émaillé la vie des togolais en matière de formations de TIC en 2018. Il reste à espérer que les acteurs de l’écosystème digital togolais continuent de s’activer dans ce sens. Au final, cela aidera à davantage stimuler les formations liées au numérique.

 

Togo 2018, participation aux concours et challenges

TIC, CONCOURS ET CHALLENGES : BRILLANTES REPRÉSENTATIONS DU TOGO A L’INTERNATIONAL

Pendant l’année 2018, le Togo a régulièrement été représenté lors de différents challenges ou concours internationaux du numérique. Aussi, CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS vous propose un retour sur quelques brillants résultats de jeunes togolais.

 

« Prix Fintech Africa of the Year 2018 »

Représenté par la startup SEMOA, le Togo s’est brillamment illustré lors du concours ‘Startup Of the Year’.  En effet, SEMOA s’est donc vu fortement récompensé. En fait, cette startup togolaise a proposé des solutions digitales particulièrement innovantes pour le paiement en ligne.

« Prix Spécial Diaspora 2018 »

Il faut également préciser que SEMOA Togo a marqué exceptionnellement la vie du numérique dans la diaspora. Ainsi, pour la récompenser dans ce sens, Royal Air Maroc lui a décerné le « Prix Spécial Diaspora 2018 ».

« Prix africain de l’innovation dans l’éducation »

Représentant le Togo, Dodzi Agaglo a remporté le 2e Prix africain de l’innovation dans l’éducation. C’était à Dakar au Sénégal. Aussi, ce succès se justifie par le caractère innovant de son projet baptisé MOBILELABO. En effet, il s’agit d’un laboratoire scientifique mobile. Ce laboratoire du génie togolais propose du matériel de laboratoire et Travaux Pratiques aux écoles.

Anzisha Prize 2018

La startup togolaise Dashmake a remporté deux trophées lors du Anzisha Prize à Cap Town. Représenté par un des co-fondateurs nommé Edorh Akpé Kevin Auguste, cette jeune pousse a fait honneur au Togo. Et cela s’est fait via l’appli SOS System, une solution technologique qui permet de sauver des vies.

« Concours BRVM Fintech Innovation Challenge »

Ce concours de Projets Fintech a également connu la brillante participation du Togo grâce à William Tété Amouh. Avant tout, il faut préciser que ce jeune togolais est le CEO de la start-up PayChap. Ensuite, retenons que PayChap est une innovation technologique singulière. Essentiellement, elle permet de régler les problèmes de monnaie dans les petits commerces en limitant les conflits vendeurs-clients.

« Ecobank Fintech Challenge »

En 2018, la startup togolaise « Mojipay » est arrivé en final du concours panafricain Ecobank Fintech Challenge. Ainsi, MojiPay permet au Togo de se positionner comme un acteur du secteur des transferts d’argent en ligne.

« Salon Vivatech 2018 à Paris »

Lors de cette messe de la tech internationale à Paris, le Togo a été dignement représenté. En fait, la délégation togolaise était composée de jeunes togolais du secteur avec en tête la Ministre Cina Lawson. Ainsi, le Togo a eu la chance d’échanger avec des patrons du secteur TIC et des champions du numérique.

 « Concours Pitch Agrihack Talent »

En 2018, le Togo s’est démarqué dans l’e-agriculture. Et cela était possible grâce au jeune ‘Etchri Dona’ qui a participer au concours Pitch Agrihack talent 2018. Avec son application baptisée « E-agribusiness », ce togolais s’est vu octroyer une récompense de 15 000 euros.

« NASA Space Apps Challenge »

Du 20 au 21 octobre 2018, développeurs, designers, ingénieurs et autres acteurs du numérique étaient au Woelab de Lomé. Aussi, l’ambition de ce rassemblement était de relever le défi du hackathon International Space Apps Challenge. A priori, c’est un défi d’innovation technologique assez importante. En plus, ce concours vise à faire ressortir des solutions originales applicables sur terre ou dans l’espace. Pour l’occasion, des geeks togolais ont réagi à des problématiques retenues par la NASA.

 

 

 

TIC au Togo, actions et réalisations au Togo

TIC AU TOGO: LES GRANDES RÉALISATIONS DU SECTEUR EN 2018

« WiFi Campus »

En janvier 2018, pour booster les TIC au Togo, précisément chez les étudiants, le Gouvernement a posé une belle action. Il a lancé le projet Wifi Campus. Il s’agit d’une large infrastructure numérique qui permet de connecter les campus (Lomé, Kara) et CHU publics du Togo. Avec ce déploiement, étudiants, professeurs et personnels administratifs des centres hospitaliers et universités publics vivent mieux le numérique. Désormais, au Togo, plus de 70 000 étudiants jouissent d’un accès privilégié à l’internet haut débit.

« TEOLIS SA, nouveau fournisseur d’accès à internet »

En février 2018, Teolis SA s’est ajouté à la liste des fournisseurs d’accès à internet au Togo. Désormais, en plus de Togo Telecom et CAFE INFORMATIQUE & TELECOMMUNICATIONS, le Togo compte trois FAI. Teolis SA propose du réseau internet, de l’interconnexion et d’autres services comme de la télésurveillance. Ce FAI compte également lancer « Teolis Zone ». Cela consistera à vendre la connexion au détail et à prix cassé (ex : 50 FCFA pour 20 mégaoctets). Voici une belle nouvelle qui pourrait changer la donne des TIC au Togo.

« Régulation des réseaux sociaux »

En mars 2018, le Gouvernement togolais s’est engagé à prendre des dispositions juridiques pour assainir la diffusions d’informations numériques. Ainsi, au Conseil des Ministres (21 Mars 2018), une communication portait sur la régulation des réseaux sociaux au Togo. En clair, le gouvernement togolais est à l’œuvre pour mettre en place un nouvel arsenal juridique qui réglementera juridiquement les dérapages sur les réseaux sociaux. Bref, le Togo travaille déjà sur de futures mesures portant spécifiquement sur la formation à la culture numérique.

« L’administration public passe au Cloud »

En mars 2018, le Togo a offert une solution de messagerie professionnelle à tout le personnel de l’administration publique togolaise. Il s’agit essentiellement des ministres, conseillers, secrétaires particuliers et membres du corps diplomatique. Par ailleurs, pour mettre en place ladite solution, le Gouvernement a choisi les sociétés LINAGORA et Comtel Technologies. Enfin, on retiendra que cette démarche a pour but d’héberger l’administration publique togolaise sur le Cloud.

« GVA TOGO (GROUPE VIVENDI AFRICA), fournisseur d’accès internet »

Avec Vivendi Africa, le nombre de FAI au Togo est monté à 4. Pour le Togo, 2018 avec Vivendi marquait l’arrivée de la fibre optique à domicile dans la ville de Lomé. Aussi, pour marquer sa présence, la groupe Vivendi a proposé sa première offre : la « CanalBox ». Au final, avec quatre fournisseurs d’accès à internet, certainement que l’offre d’internet au Togo va s’améliorer en 2019.

« Décret relative aux transactions et services électroniques »

En 2018, le Togo a adopté un décret relatif à la réglementation des transactions et services électroniques. Cette loi porterait également sur des dispositions liées au e-commerce ainsi qu’aux éditeurs de service de communication en ligne. Bref, l’adoption de ce décret permet au Togo de renforcer son arsenal juridique en matière des transactions électroniques. Avec un peu de chance, d’autres lois s’ajouteront pour garantir de meilleures conditions au développement des TIC au Togo.

« Hotspots wifi publics »

Dès avril 2018, le gouvernement a lancé le maillage de tout le territoire national par des hotspots wifi publics. Aussi, le but de la manœuvre était d’assurer une connectivité de qualité et d’augmenter le taux de pénétration d’Internet.

« Compte épargne ECO CCP »

Cette initiative de la Poste du Togo est une solution numérique innovante dans le secteur bancaire locale. Ce nouveau produit vise trois principaux objectifs. Donc, il permettra de promouvoir la bancarisation, faciliter l’accès à la finance digitale et décentraliser la prospérité au Togo. Il faut préciser que ce compte épargne est mobile, gratuit et même rémunéré.

« La 4G vient booster les TIC au Togo »

En 2018, des internautes togolais ont connu le bonheur du très haut débit avec la 4G. Ce paradis numérique est désormais accessible aux consommateurs des réseaux Moov et Togocel. En effet, ces deux opérateurs ont déployé la 4G dans l’optique d’améliorer la qualité de la connexion au Togo.

« IT Forum Togo 2018 »

Le 29 Juin 2018 à l’hôtel Sarakawa, la capitale togolaise a abrité la 3è édition de l’IT Forum Togo. Portant essentiellement sur la cybersécurité, cet évènement visait à créer et promouvoir un environnement numérique de confiance au Togo. Les grandes questions abordées étaient liées à la sécurité dans l’univers numérique et le secteur TIC.

« Tech hub à Lomé »

En 2018, pour accompagner les startups technologiques togolaises, le Ministère chargé du numérique avait entreprit la création d’un Tech Hub.  A priori, il s’agit d’un lieu hybride et multifonctionnel qui boostera l’innovation, la créativité et les compétences digitales. Ce Tech Hub devra favoriser les rencontre et échanges entre entrepreneurs, investisseurs et décideurs de tous les secteurs.

« Environnement numérique du travail (ENT) »

Le projet ENT est une initiative présidentielle visant à promouvoir le numérique dans l’éducation au Togo. Plus simplement, on conviendra que cette initiative fera que les TIC au Togo impacteront davantage l’éducation. Aussi, en juillet 2018, cette action s’est encore réalisée. Des lycées techniques et scientifiques ont bénéficié de salles multimédia, équipements informatiques et connexion haut débit.

« Projet Galilée »

‘Un étudiant, un ordinateur’, c’est l’objectif visé par le ministère togolais en charge de l’Enseignement supérieur. Pour les étudiants togolais, ce projet permettra de faciliter l’acquisition d’un ordinateur portable et d’un kit de connexion internet. Lancé en Août 2018, le projet serait toujours en cours.

« Le projet TogoPay »

Voici une initiative numérique pour laquelle le Togo se positionne en pionnier dans la zone UEMOA. Elle consiste à rendre possible le transfert d’argent entre le service Tmoney de Togocel et Flooz de Moov-Togo. Cette interopérabilité des paiements électroniques entre les deux sociétés de téléphonie mobile vise à accélérer la digitalisation de l’économie.

« Conférence nationale sur l’Open data au Togo »

En novembre 2018, le Togo abritait sa 1ière conférence sur les données ouvertes. Cette initiative visait à former et informer les agents de l’administration publique sur les contours de l’open data. C’était également l’occasion de récompenser les solutions technologiques togolaises existantes dans le secteur des Open Data. Les trois projets Open data ainsi identifiés sont : Miawoéva, Togo mobility et Togo data.

« 1er laboratoire de fabrication numérique »

Les étudiants togolais ont enfin leur Fablab rattaché à l’université de Lomé au niveau de l’ENSI. Ce laboratoire de fabrication numérique est le premier du genre. Financé par l’Autorité de règlementation des secteurs des postes et télécommunications, il ouvre la voie à d’importantes perspectives numériques.

« Construction d’un data center / Carrier Hôtel »

Les intentions de développement dans les TIC au Togo se sont renforcés en décembre dernier. Le gouvernement a officiellement lancé la construction d’un Data center. Cette démarche témoigne de l’intérêt que porte notre gouvernement aux notions ‘renforcement de la cybersécurité’ et ‘souveraineté numérique’.

Voici quelques belles actions engagées par le Togo dans le numérique en 2018. Cela laisse espérer beaucoup d’amélioration dans le secteur des TIC au Togo durant l’année 2019.