CARTABLE NUMERIQUE : UN INVENTEUR FRANCO-TOGOLAIS CONTRIBUE A AMELIORER L’EDUCATION EN FRANCE

Inventeur de la technologie PCWS, Victor AGBEGNENOU, un scientifique togolais résident en France a mis au point un cartable numérique qui devrait révolutionner l’éducation partout dans le monde. Pour cet inventeur, l’Afrique devrait être la 1ière bénéficiaire du cartable numérique mais pour l’instant la France pourrait s’y intéresser davantage.

 

  • Une solution exceptionnelle qui aiderait l’éducation en France

Depuis quelques années en France, plusieurs responsables de l’éducation ont davantage manifesté leur engagement pour une démarche du numérique à l’école. Dans certains établissements, les tablettes ont remplacé les ordinateurs fixes et les cahiers. Déjà en 2015, à l’école Auger-Saint-Vincent (Oise), le maire avait choisi de tester le système du Togolais.

Par ailleurs, sur la période 2016, 2017 et 2018, la France via son Ministère de l’éducation nationale ambitionne de réaliser le projet de cartables numériques à l’école en donnant à chaque élève une tablette et des ressources éducatives. C’est clair que l’e-cartable du docteur Victor AGBEGNENOU apporterait un coup de pouce au projet français de numérisation de l’éducation, surtout grâce à ces nombreux avantages.

En effet, l’utilisation de l’e-cartable du togolais représente de multiples avantages, notamment :

-la facture internet est beaucoup moins salée ;

-toute l’école est connecté et l’utilisation des tablettes est contrôlée ;

-les enseignants peuvent mettre en ligne des fichiers vidéo, des photos et des textes que les élèves peuvent consulter à tout moment depuis leur tablette ;

-les cartable des élèves sont allégés ;

-les apprenants peuvent accéder aux ressources pédagogiques spécifiques et des livres de cours dématérialisés qu’ils soient d’ici et d’ailleurs ;

-les tablettes étant interconnectés, l’interaction entre l’enseignant et les élèves se fait plus rapidement ;

-les travaux de groupes deviennent plus faciles et peuvent donc se multiplier ;

-tous les intervenants de l’éducation ont click here la possibilité de se retrouver en ligne. Les travaux sont alors accessibles aux enseignants, aux enfants ainsi qu’aux parents et ce, en classe ou depuis la maison ;

-les enfants qui ont souvent des difficultés à écrire ou des troubles d’apprentissage vont certainement jouir d’une vie scolaire moins éprouvante.

En plus, pour les plus jeunes, la tablette reste un outil d’enseignement très ludique qui passe mieux que le crayon et le papier.

 

  • L’e-cartable du togolais n’est pas le premier en France

Même si l’e-cartable du programme RETICE apportera un mieux-être incontesté à l’éducation en France, il faut néanmoins reconnaitre que d’autres expériences de cartable numérique l’on précédé, notamment la solution Ordyslexie dont les tests datent de 2015 ont été réalisés par l’Association des Familles Utilisatrices de la Solution Ordyslexie (FUSO France).

 

  • A quand les débuts de l’éducation numérique au Togo ?

Dans le déploiement de sa technologie, le père du RETICE met l’accent sur l’Afrique en général et le Togo en particulier. Il espère permettre aux élèves et étudiants du Togo d’avoir internet de haut débit à bas prix. Seulement, en Afrique on dit souvent « On n’est jamais roi chez soi ». Cela serait-il vérifié avec le Docteur Victor AGBEGNENOU. Tandis que les écoles françaises expérimentent déjà l’e-cartable du togolais, dans son pays d’origine, l’heure est encore aux discussions. Tout ce qu’on peut espérer c’est que les autorités compétentes s’ouvrent à une franche collaboration pour que l’éducation au Togo puisse profiter de cette merveille technologique comme d’un outil pratique et peu couteux qui boostera sans doute le développement du numérique au Togo.

Article de CAFE INFORMATIQUE & TELCOMMUNICATIONS

CAFE INFORMATIQUE & TELCOMMUNICATIONS, L’INTERNET EST NOTRE METIER